Le poids des mots

J’ai longtemps hésité avant d’essayer d’écrire quoi que ce soit… Je n’aime pas m’afficher et encore moins afficher mes faiblesses, mais j’ai besoin de partager des réflexions, assez positives en fait.

J’ai toujours eu, loin de ma mère, des réactions que je jugeais disproportionnées après-coup… J’ai mis longtemps avant de comprendre pourquoi cette colère sortait aussi violemment, et je viens juste de me rendre compte, en écrivant, que ça n’était jamais arrivé en présence d’au moins un de mes parents…

À présent que j’ai plus de recul, je m’aperçois à quel point je me sens blessée chaque fois qu’on me demande de corriger quelque chose qui ne va pas, ou que je fais mal parce que c’est une méthode inappropriée… Je prends (ou prenais car j’essaie de réfléchir, de méditer sur cette colère que je refusais) tout pour attaque personnelle, sur qui je suis. Même si la personne en face peut avoir un avis similaire au mien, il peut m’arriver de me mettre en colère pour une histoire de mise en forme de l’expression des idées.

Dit comme ça, ça doit faire fouillis, mais je n’ai que cette manière là d’expliquer ce qui se passe dans ma tête à chaque fois…

Bref. Là où je veux en venir, c’est qu’après une énième dispute avec mon conjoint, non pas sur les idées, mais sur la façon de les exprimer, j’ai réfléchi longuement à pourquoi, autant l’un que l’autre, nous nous sentions agressés en tant qu’être.

Je ne trouvais pas la réponse avant une scène entre ma fille, mon conjoint et le chat…

Toute à son enthousiasme de voir le chat d’aussi près (sur la chaise) et ravie d’être debout, elle criait plus ou moins fort et aigu, chose qui à fortement déplu au chat, vous vous en doutez. En 5 min, un bébé qui pousse un grand cri et un chat qui se sauve en courant. Et le papa de dire : « le chat est parti parce que tu lui as fait peur ». Ni une ni deux, j’ai rectifié le tir, en disant que c’était son cri qui avait fait peur au chat, et que si elle voulait continuer à regarder le chat ou essayer de le caresser, il fallait faire doucement tant avec la voix qu’avec la main.

Mais, il y a un mais. Car en reprenant une énième fois mon conjoint, pourtant d’accord sur la parentalité positive, et le maternage, j’ai touché une corde sensible. Et soulevé des interrogations, telles que : « Mais si on lui dit comme ça, comment elle va faire pour mesurer la portée de ses actes? »

Question importante, dont je n’avais pas la réponse immédiatement. Puis j’ai fait le lien. Comment cette corde sensible avait-elle été créée? En recevant des remarques du même type que celle qui avait été adressée à notre fille. En confondant, dès l’identification des objets, des émotions, de l’individu, donc, en confondant l’individu avec ses actions, nous créons une porte aux failles telles que :l’absence de remise en question, la constante remise en question, ou une très (trop) grande sensibilité au remarques même constructives, « qui nous veulent du bien » (j’ai parfois des doutes…)…

J’ai reformulé instinctivement, sans trop y réfléchir, et je pense m’y être assez bien prise, néanmoins pour y arriver c’est un combat intérieur de tous les instants… Pour éviter à ma fille et au/à la/aux suivant/e/s d’être trop empoisonnée/s par ce climat familial dont je suis issue, je pense être à peu près prête à tout, cependant j’ai été conditionnée à me taire en présence d’aînés, et à taire mes émotions… Ce qui n’est jamais bon.

Mais avant de réussir à faire tout ça, le chemin est long et je me réjouis d’avoir pu connaître la bienveillance, la parentalité positive, le maternage, quelques mois avant de devenir maman… Et d’avoir pu prendre du recul sur mes blessures d’enfance. Car je me dis qu’autrement je n’aurais peut-être pas été capable de bienveillance envers ma fille, encore moins envers moi et j’aurais alors ignoré la portée de mes mots, de mes actions sur notre fille.

Maintenant que je suis un peu plus au fait, ma hantise, de refaire les erreurs de ma mère est plus grande encore, mais j’ai cet outil qui lui manquait à l’époque, et la chance d’avoir un conjoint qui a autant envie d’apprendre à communiquer son ressenti que moi, sans blesser l’autre… J’ai la chance d’avoir ces deux personnes avec moi, qui me donnent envie de m’améliorer et donc malgré les failles que je me trouve, dont j’ai l’impression que ce sont des gouffres, si je me regarde avec bienveillance, j’ai parcouru beaucoup de chemin pour en arriver là. Il m’en reste encore beaucoup à parcourir, mais la présence de ces deux êtres me donne ce qu’il me faut pour parvenir à mon but sans fin : devenir une personne meilleure, qui n’a ni peur de s’exprimer, ni peur de l’empathie. Et pour moi, c’est beau.

La réponse que j’ai trouvé à la question de mon conjoint?

Si tu ne te sens pas agressé lorsque l’on remet en question tes actes, tu seras plus à même d’en affronter les conséquences si tu ne te sens pas visé directement en tant qu’être et rectifier ce qui est à corriger. Après, je peux me tromper.

Des idées, pistes de réflexion?

Merci d’avoir lu ce long pavé.

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROGRAMME MONTESSORI 0/3 ANS
close-link
Au bonheur d'éduquer - Une formation pour vous aidez à devenir plus zen et bienveillant(e) avec vos enfants 
Cliquez-ici pour découvrir le programme 
close-image
×

Panier