Connect with us

Témoignages

Témoignage accouchement : Je suis ivre de bonheur, d’adrénaline et d’ocytocine

Published

on

Témoignage accouchement : Je suis ivre de bonheur, d'adrénaline et d'ocytocine

Après des années sans aucun désir d’enfant, je rencontre mon conjoint et un enfant me paraît une évidence. J’ai déjà quelques antécédents médicaux : phlébite, ovaires polykystiques, cycles très irréguliers, conisation du col..

Lors du retrait du stérilet, mon gynécologue détecte une nouvelle dysplasie au niveau du col, qui évolue vite vers un stade 3. Il me dit qu’il faut opérer, que ça évoluera vers le cancer, qu’il ne faut pas imaginer que je pourrais tomber enceinte naturellement ni que je pourrais mener une grossesse à terme. Je décide de me faire traiter en parallèle par une herboriste anglaise, tisanes et teintures de plantes. Mais je subis tout de même cette opération, sans doute la peur et la pression!

Lors du résultat de la biopsie, les cellules pré cancéreuses avaient disparu. Le médecin m’a ri au nez quand je lui ai parlé de l’efficacité des plantes. Et lorsque je lui annonce que je suis enceinte dès la première ovulation après l’opération, il me dit que je peux récupérer mon dossier médical, si je veux aller chez un autre médecin!

Je passe le début de ma grossesse entre incrédulité et angoisse. Je trouve alors la gynécologue qui nous correspond. Elle n’est pas très alternative, mais très respectueuse et à l’écoute, très consciencieuse, rassurante, et surtout amoureuse de la vie, émerveillée par chaque battement de coeur.

Je suis une préparation à l’accouchement avec une fantastique sage-femme qui pratique l’haptonomie. Le papa avait le souhait de s’investir et de pouvoir déjà avoir une relation avec bébé.
Je passe une grossesse très suivie, mais merveilleuse. Je vis chaque consultation médicale comme une autre rencontre avec mon bébé. Et surtout chaque séance d’hapto est si douce pour nous 3! Le lien qui nous unit tous les trois est réel et de plus en plus fort.

Je fais vite le deuil de mon idéal d’accouchement naturel à domicile. Je m’inscris dans une petite maternité réputée pour la bienveillance du personnel médical, et écris tout de même un projet de naissance.

La fin de grossesse s’agrémente d’un diabète gestationnel équilibré, qui du coup me permet de ne pas prendre trop de poids, grâce au régime et aux séances de sport dispensées par l’hôpital.

À 37 sa, on me diagnostique une cholestase gravidique. Mon bébé est en danger dans mon ventre, il faut déclencher la naissance. Je passe une semaine à l’hôpital, sans savoir quand j’allais être déclenchée.. Les médecins voulant s’approcher le plus possible du terme. On espère que le travail se déclenchera spontanément, mais ni bébé ni moi ne sommes prêts.

On met les chances de notre côté, avec tisane de feuilles de framboisier, massage aux huiles essentielles, homéopathie, acupuncture, et beaucoup d’échanges avec bébé et papa, qui est à mes côtés tout le temps.

Je suis finalement transférée dans un plus grand hôpital. Je perds peu à peu mon courage et mon optimisme. Je me sens dépossédée de mon accouchement, les choses m’échappent. Et je vis très mal le fait que mon corps, devant être protecteur, soit devenu hostile.

Après 3 jours de déclenchement au tampon et de contractions inefficaces, le déclenchement est enfin programmé pour le lendemain . Mais je n’arrive pas à me réjouir. J’envisage même la péridurale, foutu pour foutu.

La sage-femme me pose enfin la perfusion, puis désolée, elle disparaît. C’est une journée très chargée, une autre maman est en plein travail. Je panique. J’essaye différentes positions pour soulager les contractions dont l’intensité augmente très rapidement. Mais toute la machinerie et la tuyauterie m’empêchent de bouger.

On met un peu notre musique, je ferme les yeux et commence à me calmer. Chéri me berce. On commence à chanter. Les eaux percent comme un bouchon de champagne,et la douleur me submerge alors. Je demande la péridurale. Marie, toute jeune sage-femme, me dit doucement qu’elle sait que je ne la souhaite pas, qu’on peut attendre un peu que je m’installe dans mon travail, mais qu’elle est là si besoin.

Et là, la magie du corps se met en route. Chéri m’enveloppe et se met à chanter vibrer tout bas. Nous vibrons tous les 3 à chaque contraction, et je sens chaque vague canalisée ouvrir le chemin. Entre chaque contraction je m’endors. Au bout de quelque temps, je me réveille et dois pousser! Marie accourt, toute joyeuse.

En quelques poussées, après 3 heures de travail intense, Rosie est née. Sans aucune intervention! Je l’attrape dès son arrivée, et après 10 minutes contre moi elle commence à téter. Je suis ivre de bonheur, d’adrénaline et d’ocytocine!

Rosie va très bien, nous sommes ensemble.

Marielle

" L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour " A.S Neill

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

LES + VUES