Maman et bébé : Comment bien vivre le sevrage ?

Jeune maman allaite son bébé, lui tenant dans ses bras

Tous mes conseils pour passer de l'allaitement au biberon ou à la petite cuillère de façon sereine pour le bébé et sa maman.

Depuis quelques années, les professionnels de la petite enfance constatent que les femmes allaitent plus longtemps. De plus en plus de mères l'allaitent encore à cinq-six mois. Toutefois, en France, l'allaitement reste très inférieur aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé : six mois d'allaitement exclusif.

Pourquoi arrêtent-elles précocement ?

Elles disent "Je n'avais pas assez de lait", "Mon lait n'était pas assez riche". D'autres pensent qu'avec la reprise du travail, il faut qu'elles arrêtent. C'est souvent ce qui se passe. Une étude récente montre que le lait pour nourrisson est introduit vers trois-quatre mois chez les bébés allaités.

Dernière tétée : c'est un déchirement

Celles qui sèvrent leur bébé juste avant de reprendre leur travail vivent souvent un double déchirement. Elles culpabilisent de devoir laisser leur tout-petit en garde et de ne plus le nourrir. Souvent, elles pensent à lui au bureau, ce qui leur provoque des montées de lait qu'elles ne vivent pas très bien.

Pour toutes, quel que soit l'âge de l'enfant lors du sevrage, la dernière tétée est toujours vécue avec beaucoup de tristesse.

Elle représente la fin d'une relation privilégiée, d'une fusion avec leur bébé. Elles le ressentent comme une frustration.

Le soutien de l'entourage (mari, mère, sœur) à cette période est très important. La maman a besoin d'être entourée, réconfortée. Participer à des groupes de parole entre parents peut également représenter une aide. Partager ce que l'on ressent, avec d'autres mamans qui vivent la même chose, permet d'échanger des conseils utiles et de se sentir comprises.

À lire aussi : Est-ce que votre bébé fait une grève de la tétée ?

Sevrage : les périodes favorables et celles à éviter

Le développement psychomoteur du nourrisson n'est pas linéaire. Il y a des périodes de découvertes, d'apprentissage plus intenses que d'autres, où le petit enfant est intéressé par autre chose que la nourriture. Entre quatre et cinq mois, il tient des jouets entre ses mains et se passionne pour eux.

Femme d’affaires travaillant au bureau donnant le sein à son bébé
Vous reprenez votre travail : évitez de sevrer bébé en môme temps. Cela va vous stresser tous les deux. © iStock

 

Entre sept et neuf mois, il commence à prendre appui sur ses jambes et s'exerce de plus en plus à la position debout. A un an, il marche. Ces périodes sont à choisir de préférence pour sevrer bébé, car il porte alors moins d'intérêt au sein.

En revanche, certaines tranches d'âge sont à éviter. Sevrer bébé entre deux et trois mois, juste avant de retravailler, est souvent très difficile. Alors qu'il a fallu plusieurs semaines pour que l'allaitement se passe bien, il faut déjà arrêter...

Pour arriver au biberon : une tétée en moins tous les trois jours

Bébé a moins de cinq mois. Il est nourri exclusivement au sein. Les tétées seront remplacées par un lait pour nourrisson (jusqu'à quatre mois) ou par un lait de suite (à partir de cinq mois). Le type de lait (hypoallergénique, acidifié...) est à décider avec le médecin traitant.

Il est important d'y aller en douceur, car bébé va être coupé d'un moment intime : le contact peau à peau, le goût du lait de sa mère. Il ne faut pas le brusquer.

Ce que vous pouvez faire :

> Éliminer une seule tétée à la fois, et attendre deux ou trois jours avant d'en supprimer une autre. Il est préférable de commencer par celle de fin d'après-midi (16-17 heures), puis de milieu de matinée (10 heures), deux tétées où la mère a moins de lait. Les dernières tétées à supprimer sont celles du soir, puis du matin.

> La lactation diminuera d'autant plus facilement que la mère consomme peu de boissons.

> Pour que bébé accepte plus facilement de boire ce biberon, attendre qu'il réclame vraiment son repas. Penser à le lui donner à une température proche de celle du lait maternel, c'est-à-dire tiède.

On peut aussi, dans un premier temps, juste le familiariser avec les sensations de la tétine dans la bouche, sans vouloir à tout prix lui faire boire du lait au biberon.

> Préférer les tétines en caoutchouc (plus souples que celles en silicone) et de forme physiologique rappelant le sein de la mère. Veiller à choisir un débit faible, le nourrisson a eu l'habitude de tirer fort sur le sein. S'il fait de même avec la tétine du biberon, il risque de s'étrangler. Un petit débit permet au biberon de durer environ dix minutes, temps comparable à une tétée.

Il refuse le biberon ? Essayer à la pipette, à la tasse à bec ou encore à la petite cuillère.

> Pour compenser le manque de corps à corps que représentent les tétées, ne négligez pas les câlins, les caresses : bébé a besoin de se sentir aimé.

Ce qu'il faut éviter :

> Penser que le sevrage est un échec, que l'on n'y arrivera jamais au premier biberon refusé. Il est déconseillé de démarrer le sevrage si le bébé est fatigué ou malade, si la maman est déprimée.

Manger à la petite cuillère : un passage en douceur

Vers cinq-six mois, le nourrisson a perdu son réflexe d'expulsion. Il ne rejette plus les aliments solides placés entre ses lèvres. Au contraire, il arrive à les déplacer vers le fond de sa bouche.

Mais ce n'est pas une raison pour précipiter la diversification alimentaire. Là encore, les tétées doivent être remplacées progressivement, en supprimant toujours celles auxquelles l'enfant est le moins attaché

Ce que vous pouvez faire :

> Proposer un nouvel aliment (purée de carottes, de courgettes ou compote de pommes). Attendre quelques jours avant de lui en faire goûter un autre Cette méthode permet de cerner les goûts de l'enfant et de vérifier qu'il supporte bien l'aliment.

> Accepter qu'il mange en petite quantité (quelques cuillerées). Au sein, Il n'était pas nécessaire de savoir combien "prenait" bébé et cela n'inquiétait pas la mère.

Il doit en être de même les aliments solides donnés à la petite cuillère.

> Durant le sevrage, raccourcir la durée des tétées. En échange, proposer à l'enfant une activité intéressante (lire un livre, chanter une chanson, jouer avec lui...).

> Bébé est attaché au sein maternel : impliquer le papa et lui demander de donner à manger à son enfant.

Ce qu'il éviter :

Ne pas aborder les repas en étant angoissé, en se demandant si son enfant va suffisamment manger. Tant que sa courbe de poids progresse, c'est qu'il va bien, même si on a l'impression qu'il se nourrit peu

> Il ne faut pas l'obliger à finir son assiette. Le repas doit rester un moment de partage, comme l'était la tétée, et non une épreuve de force.

Le sevrage est toujours un moment délicat quel que soit l'âge de bébé Pour bien le réussir, il faut prendre tout son temps et le désirer vraiment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.