Connect with us

Périnatalité

Maison de naissance : une alternative à l’hôpital pour un accouchement naturel

Published

on

Blainville_5

Accoucher en maison de naissance

Bien que, depuis la nuit des temps, l’accouchement ce soit toujours déroulé à la maison, entre femmes, le milieu médical, dans les pays occidentaux, l’a graduellement pris en charge. Depuis les années 1960, la quasi-totalité des accouchements se déroule en milieu hospitalier.

Les maisons de naissance (MDN) sont censées pallier l’absence de choix intermédiaire entre l’accouchement à domicile et la prise en charge surmédicalisée de la naissance en milieu hospitalier. Une MDN  est un lieu non médicalisé  d’accueil, de suivi et d’accouchement entièrement gérer par des sages-femmes, accessible aux futures mamans dès lors que la grossesse, l’accouchement et le post-partum restent dans le cadre de la physiologie, ce qui concerne près de 90% des femmes.

La MDN est physiquement et administrativement différenciée de sa maternité partenaire. Elle peut se situer en son sein ou à proximité, dès lors que le transfert des femmes peut se faire dans les délais compatibles avec l’urgence.

Comment cela se passe-t-il ?

Dans une MDN, qu’elle y sois rattachée ou non, on ne doit surtout pas se sentir à l’hôpital. Ici, pas de salles de naissance avec étriers et matériel médical omniprésent. Dans les chambres d’accouchements, l’équipement nécessaire pour assurer la sécurité de la mère et du bébé (électro-cardiogramme, appareils d’aide respiratoire) est présent, mais discret. On y trouve surtout un grand lit, baignoire, ballon,..

Les locaux comprennent également une salle dédiée aux séances de préparation à la naissance, un bureau de consultation, un centre de documentation (allaitement, nutrition, psychologie…), une cuisine-salle à manger à disposition des familles, voire une « chambre des familles » pour les papas, frères et soeurs, ou même grands-parents qui souhaiteraient passer la nuit, une aire de jeux pour les enfants..ect

S’agissant du suivi, une sage-femme est responsable de la future maman dès le début de sa grossesse, jusqu’après la naissance de l’enfant.  Une seconde sage-femme assiste celle-ci lors de l’accouchement et assure les rencontres de suivi de naissance. Il s’agit en tout d’un dizaine de rendez-vous toujours avec des personnes familières et au courent du dossier. Le conjoint (ou autre) peut assister à toutes les étapes du suivi de grossesse et etre présent à l’accouchement. La bienveillance de l’évolution du travail, bien qu’elle se déroule selon les normes reconnues en obstétrique, est beaucoup moins instructives, la sage-femme n’effectuant pas systématiquement des gestes tels que touchers vaginaux, rasage, pose du monitoring..ect.

Comme on ne prévoit pas de péridurale, les femmes bougent beaucoup pendant l’accouchement. Outre le choix très vaste de positions, elles ont à leur disposition un tabouret spécial d’accouchement, des balles des cordes.. Elles peuvent boire, manger, bouger librement. La péridurale est éventuellement remplacé par de l’homéopathie et de l’acupuncture. Lors de complications, la sage-femme est habilitée à intervenir; elle peut demander une consultation à un médecin ou organiser un transfert en centre hospitalier, de façon rapide et sécurisée. Dans ce cas, la sage-femme accompagne la mère et le bébé et demeure responsable des soins jusqu’à la prise en charge médicale.

Les minutes qui suivent la naissance sont empreintes de calme et de chaleur. On ne coupe pas le cordon que lorsque la circulation sanguine fœtale s’arrête. Le bébé est laisser en peau à peau contre sa mère, seul avec ses parents, aussi longtemps que ceux-ci le souhaitent; il n’est pas forcement baigné ou pesé immédiatement, n’est pas aspiré si sont état ne l’impose pas..ect. La sage-femme n’intervient auprès de la mère et de l’enfant que si les circonstances l’exigent, laissant le maximum d’intimité au couple et à son bébé pour se découvrir mutuellement. Elle demeure toutefois au moins trois heures sur les lieux après la naissance, afin de surveiller l’état de santé du bébé et celui de la mère, et d’aider à la première mise au sein. La sortie de la maman et du bébé a lieu dans les 24 heures suivant la naissance.

L’alliance du confort et de la sécurité

Une étude américaine a comparé un groupe de près de 12 000 femmes à grossesse à bas risque ayant donné la vie à l’hôpital. Il en ressort que le mode de sélection effectué par les MDN permet aux femmes dont la grossesse est normale d’éviter les pratiques obstétriques interventionnistes conçues pour les grossesses à risques, sans qu’il en résulte de désavantages pour elles ou leur bébé. Pour ce public, une autre étude américaine, publiée par le « New England Journal Of Medicine » en 1989, a démontré que les MDN sont au moins aussi sures que les hôpitaux. De plus, le taux de satisfaction des patientes interrogées atteignait 98%. Selon certaines recherches, le taux de mortalité serait même inférieur en MDN, pour le groupe de femmes à grossesse normale.

« Choisir le maternage » par Catherine Piraud-Rouet

Blainville_7

Tout le monde peut-il accoucher en maison de naissance ?

Non, car il y a des conditions bien précises de sécurité, à savoir :

  • la future maman doit être en parfaite santé, (pas de césarienne antérieure)
  • la grossesse doit s’être déroulée normalement,
  • la grossesse est arrivée à terme, donc à 37semaines jusqu’à 42 semaines,
  • le bébé se présente la tête en bas,
  • le bébé est également en bonne santé dans l’utérus.

Combien coûte un accouchement à la maison de naissance ?

  • d’une part, les prestations réalisées par les sages-femmes, qui seront facturées par chaque sage-femme concernée, payée à chaque sage-femme et remboursées intégralement par la mutuelle .
  • d’autre part, une participation aux frais de la maison de naissance est demandée au couple et est payée à la maison de naissance.

Cette participation s’élève à 350€ au total. Cette participation couvre les frais de location, de gaz, d’électricité, d’eau, de nettoyage et d’entretien, de déplacements des sages-femmes vers la maison de naissance, de matériel médical, d’intendance lors des consultations prénatales et des naissances etc…Si pour une raison particulière, l’accouchement ne peut pas avoir lieu à la maison de naissance (par exemple le bébé se place en siège), la participation est remboursée au couple. Par contre, si le travail commence à la maison de naissance mais ne peut s’y poursuivre, quelle que soit la raison, la participation reste due à la maison de naissance.

Ce supplément n’est pas remboursé par la sécurité sociale mais par de nombreuses mutuelles dans le cadre de leurs services complémentaires

" L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour " A.S Neill

Continue Reading
Advertisement
2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

LES + VUES

Inscription à la webformation montessori jusqu'à dimanche
Cliquez-ici
close-image

NOS BONS PLANS

Recevez nos bons plans par mail! 100% FAMILLE & BEBE !
S'INSCRIRE
close-link