Parentalité positive

13 phrases puissantes pour calmer un enfant en colère

Aujourd’hui nous allons parler d’un sujet universel la colère des tout-petits, ou comment calmer un enfant en colère. Lorsque l’enfant se trouve une situation émotionnelle très forte qui le place en état d’insécurité, lorsque l’un de ses besoins fondamentaux n’est pas satisfait (affection, attention, calme, sommeil…), son cerveau archaïque va le dominer et le conduire à avoir des réactions instinctives d’attaque, fuite ou sidération.

Un enfant dont le cerveau est immature ne pourra pas « réfléchir » à la situation ou encore se calmer seul, il va pleurer, crier, entrer dans une crise de colère. Dans ce cas, la réponse de l’adulte est souvent la répression car, lui-même a reçu cette réponse à ses colères étant petit, mais l’enfant a besoin d’être accompagné dans cette tempête émotionnelle qu’il vit, sécurisé et écouté ; l’aidant progressivement à contrôler ses émotions et lui permettant de faire maturer son cerveau.

Découvrez comment calmer un enfant en colère

Je t’aime

Il est extrêmement important de rappeler à votre enfant en colère que vous l’aimez toujours. Que peu importe ce qu’il dit ou fait, vous l’aimerez toujours. Ces trois mots devraient être répétés d’une manière calme aussi souvent que votre enfant vous entendra.

Lui dire « je t’aime » n’est pas une récompense, il peut combler un besoin et ramener le calme dans son être intérieur.

Je vois que tu es contrarié

Quand votre enfant ressent de la colère (ou autre émotion d’ailleurs) il est important de l’aider à la nommer et la mettre en lien avec une cause éventuelle. C’est en partie grâce à cela que votre enfant va apprendre à reconnaître et identifier les différentes émotions. Reconnaître l’émotion ressentie par l’enfant lui permet d’être reconnu, légitimé de la ressentir, et il pourra mieux l’accepter et par la suite la verbaliser.

C’est bon d’être en colère

Validez ses émotions. Oui, il pourrait agir d’une façon que vous ne comprenez pas vraiment, mais pour le moment cela n’a pas d’importance. Il a besoin de voir l’adulte rationnel valider ses sentiments.

« Je vois que tu es triste parce que ton jouet est cassé. Je comprends. »

Aimerais-tu mon aide?

La meilleure suggestion pour aider un enfant à sortir de sa colère est de lui donner un câlin, encore une fois l’amour n’est pas une récompense. Le serrer contre soi afin que son cerveau sécrète de l’ocytocine – hormone du bien-être, de l’amour – qui l’apaisera (ça fonctionne aussi avec les adultes!). Cependant, certains enfants peuvent refuser tout contact ou aide dans leurs émotions les plus exacerbées. Dans ce cas, inutile d’insister, une simple présence empathique et silencieuse peut très bien suffire à l’enfant. On peut également lui proposer de reporter le câlin lorsqu’il sera prêt. Lui donner le choix lui permet de se sentir responsable.

Je me demande si …

Les enfants n’ont pas toujours la capacité de savoir pourquoi ils sont contrariés et quelle est la cause sous-jacente de leurs frustrations. Vous pouvez l’aider à mettre des mots :

« Je me demande si tu as besoin d’une sieste? », « Je me demande si tu as besoin d’un câlin? »…

Je vais …

Lorsque votre enfant vous crie dessus ou qu’il piétine, il peut chercher à savoir votre réaction. Rester calme et serein est essentiel. N’oublions pas qu’ils ont tendance à absorber leur environnement et reproduisent par mimétisme. Toutefois, le fait de faire connaître vos mouvements et vos projets à votre enfant est également essentiel pour lui faire savoir ce qui va suivre.

« Je vais attendre ici, jusqu’à ce que tu sois prêt », « Je vais attendre dans le couloir jusqu’à ce que tu aies fini de crier »..

Veux-tu essayer….

Un enfant exprime une colère intense parce qu’il ne sait pas comment s’auto-réguler. Votre aide sera donc nécessaire. Vous pouvez offrir de nombreux outils d’apaisement ou de gestion des émotions : la danse, le dessin, la sophrologie, chanter la comptine « Quand je suis énervé », la boîte à cris, roue des émotions, monstre mangeur de colère, coussin à colère…

Lire: 6 pistes pour accompagner la colère de son enfant

Peut-on recommencer?

Parfois, nous avons tous besoin de recommencer. Parfois, les enfants ne se rendent même pas compte qu’ils s’énervent ou qu’ils sont émotifs jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que leurs cerveaux soient déjà entrés submergés. Permettre à l’enfant de recommencer à zéro la situation avant qu’elle ne dérape peut être un excellent moyen de surmonter les frustrations.

Je suis sûre que nous pouvons trouver une solution plus tard …

Ce n’est pas le moment d’essayer de raisonner avec votre enfant. Il vaut mieux attendre que la tempête soit passée. Une fois votre enfant calmé, vous pourrez commencer à vous pencher sur ce qui l’a tant contrarié.

Ce n’est pas acceptable …

Il est important de fixer des règles et d’être cohérent. Dites à votre enfant qu’il est normal d’avoir ces grandes émotions et que vous l’aimerez à travers ces explosions, mais il n’est jamais acceptable de frapper ou blesser les autres.

Tu es en sécurité …

Une chose qui pousse les enfants à agir avec colère est la peur. Il pourrait avoir peur de ce qui se passera quand la crise sera terminée, il pourrait craindre d’être en colère contre lui, ou pire, il pourrait craindre pour sa sécurité. Rappelez-lui d’une voix calme et sereine qu’il est en sécurité.

Je me souviens de la dernière fois que nous avons essayé …

Si votre enfant commence juste ce voyage des grandes émotions, il pourrait se souvenir de tout ce que vous avez essayé jusqu’ici. Il pourrait avoir besoin de rappels sur ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas. L’espoir est que durant chaque explosion, les choses se calment un peu plus vite à chaque fois.

Je serai là quand tu seras prêt …

Parfois, en tant que parents, nous avons aussi besoin de pauses ! Nous devons nous éloigner de la situation pour garder notre calme, cependant, nos enfants ont besoin de savoir que nous sommes là pour eux. Laisser savoir à votre enfant où vous allez et comment il peut vous trouver quand il sera prêt est un excellent moyen de le rassurer.

Venez découvrir nos articles sur la parentalité positive

 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
×
 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill

Comments (2)

  1. Bonjour

    Un grand merci pour cet article.

    A la maison, nous utilisons beaucoup l’acceptation de la colère, avec mise en sécurité : je reste pas loin de toi, même si tu ne le veux pas, comme ça, tu es en sécurité.

    La colère peut par moment par contre nécessiter de ne plus voir la source qui nous a fait être en colère.
    Un moment de calme, une maison du calme par exemple.

    Au plaisir
    Evan

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Oummi Materne doit rester en ligne mais pas sans vous..
1. Pour valoriser notre travail,notre éthique
2. Pour financer nos serveurs et nos applications
3. Des campagnes d'informations pour lutter contre la violence faite aux enfants. 
4. Des campagnes d'informations sur l'allaitement
5. Sauvegarder le site "Oummi Materne" 
Je donne 2 € par mois (le prix d'un café) 
Merci à ceux qui participe à la campagne. Oummi Materne restera GRATUIT à vie. Sans PUB intrusive donc donnez-nous un coup de pouce pour y arriver. Nous travaillons dur pour vous proposer du contenu de qualité. 
La famille postive oummi materne
close-link
TOI AUSSI TU VEUX ARRONDIR TES FIN DE MOIS ? ALORS FAIT COMME MOI ! 
EN SAVOIR PLUS
close-image