Quelques clés pour bien réagir face aux colères

Quelques clés pour bien réagir face aux colères

Comment réagir de façon bienveillant lorsque nos enfants piquent des colères? Comment peut-on éviter la tempête (quand cela est possible)? Voilà les questions que beaucoup de parents se posent, car oui il n’est pas toujours évident de savoir comment réagir face à un enfant qui ne comprend pas encore qu’on peut lui dire non ou qu’il ne peut pas tout avoir. Il expérimente ses premières frustrations et ses premières crises de colère. On le sait, les cris ne sont pas une solution efficace, de plus les enfants n’en auront que faire. Si nous explorons plutôt des pistes vers des alternatives beaucoup plus efficaces et positives?

Solutions testées et approuvées !

→ Ecouter les colères de son enfant 

Montrez à votre enfant que vous comprenez sa frustration qui est réelle, mais que malheureusement on ne peut pas avoir tout ce que l’on veut. Vous pouvez manifester votre compassion par des mots ou de simples gestes. En écoutant les émotions de votre enfant, celui-ci se sentira en sécurité et il apprendra à se calmer seul, ce qui sera une véritable force pour lui.

Vous pouvez également lui poser des questions afin qu’il trouve seul des solutions, “plutôt que de crier, qu’est-ce que tu proposes d’autre?”, “Montre-moi comment tu vas t’y prendre la prochaine fois.”

→ Apprendre à gérer ses frustrations autrement

La solution la plus efficace est de faire preuve d’astuces pour aider l’enfant à retrouver sa bonne humeur. Il suffit de distraire ou détourner l’attention de l’enfant. Je vous assure que cette astuce fonctionne à tous les coups et sur tous les enfants.

Mon fils hurle pour avoir le couteau posé sur la table, bien sûr pour des raisons de sécurité je ne peux pas accepter sa demande. Plutôt que d’essayer de le raisonner, ce qui ne fonctionnera pas, je vais détourner son attention. “Hooo Adam, regarde ce que fait ta petite soeur !” Et là, mon fils avec toute sa curiosité va venir observer sa petite soeur. La crise sera passée.

Si la crise a été causé car l’enfant n’a pas réussi à effectuer une tâche. Détournez son attention, le temps que l’enfant se calme. Une fois que celui-ci se sera calmé, il pourra revenir à son activité en étant plus détendu.

→ Un deal pour détourner la colère

Je sais que certains parents ne voient pas d’un bon oeil les petits compromis et pourtant ils apprennent à l’enfant à voir les choses d’une manière positive. Des exemples qui lui donneront envie de développer ses initiatives. Soyez ferme sur votre refus, expliquez-lui pourquoi ce qu’il fait est dangereux ou pourquoi son acte dérange, mais si la pique pointe son nez. N’abandonnez pas, proposez-lui un deal pour que votre enfant puisse sortir la tête haute de votre conflit : “Je ne veux pas que tu touches la porte parce que…., mais en revanche, je te propose que chaque matin je t’accompagne à la boîte aux lettres pour que tu puisses relever le courrier.”

Voici un second exemple. L’enfant s’amuse dans un manège, mais maman est pressée et là, la bataille commence. L’enfant refuse que sa maman fixe la ceinture de sécurité et la colère gronde des deux côtés. La maman propose alors un deal à son enfant. Elle se met à sa hauteur et lui parle sérieusement, elle l’autorise à se laver mais à deux conditions. Qu’il cesse immédiatement de crier et qu’il pousse, comme il aime le faire, sa poussette jusqu’à la porte du square. Marché conclu et tenu !

→ Aidez votre enfant à trouver des solutions anticolère

Plusieurs solutions s’offrent à nous, selon l’âge de notre enfant :

  • Proposez à votre enfant des jeux et proposez-lui de battre son propre record, de lancer le ballon dans les buts, de slalomer entre les arbres ou même d’inventer ses propres jeux. Encouragez votre enfant dans cette voie, félicitez-le au cours du jeu. Ainsi, vous renforcerez sa confiance en lui.
  • Profitez du repas pour proposer à vos enfants un concours de celui qui c’est le mieux “vider son sac”. Votre enfant sera heureux de se décharger et de voir qu’il n’est pas le seul à vivre des moments difficiles.
  • Quand vous sentez la colère de votre enfant monter, proposez-lui des petites missions: goûter un plat pour vérifier l’assaisonnement, regarder dans les voitures si les passagers sont bien attachés…
  • Proposez à votre enfant des exercices de relaxation.
Quelques conseils

→ Ne mettez pas votre enfant en situation d’échec

Si vous proposez une activité ou un jeu à votre enfant, mais que celui-ci est un peu au-dessus de ses capacités vous le mettez, malgré vous, en situation d’échec. Il n’y arrivera pas et cela risque sans doute de l’énerver, ainsi vous augmentez les chances que votre enfant pique une crise de colère.

→ Respectez leur rythme de vie

Bien souvent, l’anxiété ou la fatigue attise la colère de nos tout petits. Prenez soin d’eux en respectant leur petit train-train habituel, leur rythme de sommeil en particulier l’heure de la sieste. Quand mon fils n’a pas pu faire sa sieste, on peut être sûr qu’il se transformera au milieu de l’après-midi. Hurlement, mauvaise humeur, grosses crises, mais une fois qu’il aura fait son dodo la mauvaise humeur sera derrière nous.

Étiquettes : , ,

Related Posts

by

« L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour »

A.S.Neill

Previous Post Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

montessori
0 shares
S'inscrire à la newsletter (Formation Montessori, Parentalité positive et nos bon plans ...)
S'inscrire
Dejà 50 000 incrits