15 conseils de mamans ayant accouché sans péridurale

15 conseils de mamans ayant accouché sans péridurale

15 conseils de mamans ayant accouché sans péridurale

1- Prendre le temps de choisir une maternité respectueuse, une sage-femme avec qui on se sente épaulée, soutenue dans ses projets.

2- Préparer un projet de naissance à l’avance qui sera utile pour soi-même, pour son compagnon et pour l’équipe médicale.

3- Se faire accompagner par une doula (accompagnante à la naissance) afin de bénéficier d’un soutien de poids.

4- Ne pas écouter les gens.

« On m’a dit que je n’arriverais jamais à accoucher naturellement pour plein de raisons non-médicales. Résultat : accouchement naturel à 4 pattes, sans péri. Je suis arrivée à la mater à 9h et 3h après Maé était dans mes bras. Donc n’écouter que le positif, s’écouter soi. » Lisa

5- Se faire aider par son compagnon pendant les moments de doutes et pendant les contractions. L’impliquer pleinement : massage, respiration en duo, soutien…

« Mon mari a quasiment accouché avec moi à chaque fois, tellement nous étions proches dans ces moments-là ! Il était mes bras quand les miens me lâchaient d’épuisement, mes jambes lorsque les contractions ne me permettaient plus de tenir debout et que c’était la position où j’étais le mieux. » Nanou

6- Une très bonne préparation à la naissance : yoga, sophrologie, haptonomie, auto-hypnose, chant prénatal, travaux de visualisation positive…

« J’ai fait une préparation par acupuncture tous les mois de ma grossesse et j’ai vu aussi un ostéo pour préparer mon bassin et gérer les maux du quotidien. À mon accouchement il y avait donc mon acupuncteur et mon chéri. J’ai eu des aiguilles qui m’ont permis de dilater de 1cm par heure. » Marine

« J’ai suivi une préparation à base d’auto-hypnose + homéopathie. J’écoutais les enregistrements en m’endormant. Ça s’est gravé bien profond en moi. Et 2 ans après, en cas de stress, douleur, je retrouve mon refuge intérieur. Et le jour J, j’ai expliqué ma démarche aux sages-femmes (hôpital public équipé en salle de naissance nature, baignoire d’attente, sage femmes formées par B. de Gasquet). Et j’ai joué au Uno avec mon compagnon tant que ça allait. Et quand ça commençait à être douloureux (trop), je me suis centrée sur moi et ma petite à venir. » Martine

7- Ne surtout pas compter le temps.

« Quand on va à l’hôpital le problème c’est qu’on est chronométrée, pire qu’aux JO. Ils vous tripotent pour regarder où en est la dilatation (alors qu’on s’en fiche complètement de le savoir, ça n’a strictement aucune utilité) et si ça n’avance pas comme ils veulent, ils font tout et n’importe quoi (balancent des produits, percent la poche, ou tout simplement vous menacent et vous mettent la pression). Un accouchement ça peut durer 3 jours, et c’est pas un souci, si tout va bien. Ne pas regarder l’heure, continuer de vivre sa vie. » Aurélie

8- Se préparer mentalement en se posant la question : « pourquoi je veux accoucher sans péridurale » ET se préparer physiquement grâce à divers moyens naturels pour préparer le col de l’utérus : tisane framboisier + sauge (en entrant dans le neuvième mois), homéopathie, massage du périnée avec un mélange d’huile essentielle de sauge et d’huile d’amande douce, manger des dattes à gogo, exercices du bassin et périnée.

9- Passer du temps avec sa sage-femme ou sa doula pour se renseigner sur la physiologie de l’accouchement : ce qu’il se passe dans le corps, les hormones en jeu, la phase de désespérance. Comprendre le chemin de l’accouchement afin de mieux comprendre la douleur et comment le corps agit pour l’aider à la gérer, l’accueillir, l’accompagner et ne pas se battre contre.

« Ce n’est qu’en comprenant ce qui se passe que l’on peut devenir actrice de son accouchement. Trop peu de femmes ne savent même pas à quoi ressemble réellement leur vagin , où peut se trouver leur col de l’utérus, etc… Si on ne se connait pas c’est très dur d’aider le bébé à avancer vers la sortie. » Nanou

10- Prendre conscience de ses facultés à enfanter, croire en soi, en son corps. Se faire confiance.

« Se dire que beaucoup sont passées par là. Ne pas essayer de vaincre la douleur mais d’adopter la douleur. Pourquoi la douleur? Parce qu’elle est notre amie. Partir le plus tard possible à la maternité ou ne pas partir du tout, d’ailleurs. Comprendre que ce sont des capacités que nous avons chacune en nous. Et surtout, surtout : que ce n’est pas nouveau d’accoucher sans. » Salwa

« Chaque femme a la compétence d’accoucher et sait ce dont elle a besoin à chaque instant, j’en suis intimement persuadée. » Bénédicte

« Personnellement quand on me demande comment j’ai pu accoucher sans péridurale je réponds que déjà des milliers de femmes avant nous l’ont fait et ne sont pas traumatisées. Et je pense que c’est le mental qui joue le plus. » Mimy

11- Accompagner la douleur par tout ce qui pourra la soulager : positions, faire des vocalises dans les sons graves sans retenue, lâcher prise, bien respirer, prendre un bain chaud, visualisation positive, bouger…

« Je me répétais sans cesse une phrase entendue dans le film « Entre leurs mains » qui expliquait que les contractions n’étaient pas une douleur inutile, mais une guidance vers la meilleure position pour aider bébé à avancer. » Nanou

« Surtout ne pas s’énerver car la douleur prendrait le dessus ….respirer bien profondément …puis du calme autour de soi …écouter son corps .. » Fatoumata

« Étant sophrologue, la conscience de mon corps, l’entraînement au relâchement musculaire, la visualisation positive, et la confiance en ce qui se produit, tout ceci a été un véritable pilier pour moi tout au long du travail. » Marine

12- Préparation des petits soutiens pour le jour J : musique relaxante, des petits mots de renforcements positifs, bougies, lecture etc…

13- Occulter tout ce qu’il y a autour, se préparer à entrer à l’intérieur de soi, à accueillir les sensations comme chaque étape importante pour la rencontre.

« Ce qui m’a aidée personnellement : un mantra répété intérieurement « Les contractions sont mes amies, je les accueille et les accompagne » Maud

14- Identifier ses peurs et tenter de les comprendre, se reconnecter à sa femme intérieure et croire en ses compétences.

« Ma sage-femme me disait: en accouchant, la femme accouche aussi de son histoire! Je ne peux que lui donner raison! » Bénédicte

15- Se préparer pendant la grossesse grâce à certaines lectures, comme : « J’accouche bientôt, que faire de la douleur? »« Accoucher par soi-même »« Une naissance « 

D’autres conseils à ajouter ? N’hésitez pas à commenter !

Lire aussi :

Comment surpasser sa peur de la douleur d’un accouchement naturel
Quelques positions d’accouchement pour soulager la douleur
La douleur psychique de l’accouchement
7 moyens de gérer les douleurs du travail sans antidouleurs

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROGRAMME MONTESSORI 0/3 ANS
close-link
Au bonheur d'éduquer - Une formation pour vous aidez à devenir plus zen et bienveillant(e) avec vos enfants 
Cliquez-ici pour découvrir le programme 
close-image
×

Panier