Maternage

Que deviennent les enfants maternés ? Autonomes ou dépendants ?

Voilà une question qui revient souvent à mes oreilles, que deviennent les enfants qui ont été maternés? Est-ce qu’on doit croire cette tata ou mamie, qui nous rabâche que notre enfant ne pourra jamais devenir autonome? Qu’il ne saura jamais se débrouiller sans maman à ses côtés?

Quand ces mêmes réflexions déboulent de « professionnels de santé » là, on commence sérieusement à avoir le doute. Est-ce que je fais bien les choses? Est-ce que j’ai raison de répondre aux besoins de mon enfant? Est-ce que je lui rends service finalement? Je me suis moi-même posé la question, même en ayant materné avec énormément de plaisir et d’amour mes trois enfants. J’ai également pu lire et entendre beaucoup de mamans avec cette même interrogation. Aujourd’hui, mes tout-petits bébés sont devenus des bambins, qui ont même fait leur première rentrée scolaire cette année, je peux donc venir apporter mon expérience sur le sujet.

L’histoire de mon maternage

Je n’ai pas grandi avec le maternage comme référence. Je pensais réellement qu’une fessée n’avait jamais tué personne, qu’un enfant qui pleurait était un petit capricieux, qu’il ne fallait pas habituer son enfant aux bras, car je l’avais entendu de la part de parents autour de moi. Puis, je suis devenue maman à mon tour. J’avais d’un côté ces voix et de l’autre mon instinct maternel qui me parlait. Pour mon premier enfant, j’ai tout de même été influencée, je l’ai fait dormir quelques jours auprès de moi puis je l’ai mis dans sa chambre. Le plus vite possible sinon malheur, à 18 ans il risquait de toujours vouloir dormir avec nous. Je répondais à ses pleurs, mais je n’étais pas non plus convaincue que c’était très bon pour lui de systématiquement le faire. Je me suis acheté une écharpe de portage plusieurs mois plus tard, bien sûr n’étant pas habitué il n’y a pas adhéré longtemps.

Le fait d’être maman nous fait changer également. Enceinte de mon deuxième enfant, j’ai voulu m’écouter, écouter mon enfant, juste ça en fait. Je me suis mise à lire des livres sur le maternage, l’accouchement naturel, les neurosciences…  Je me suis dit que pour ce deuxième enfant les choses seraient donc différentes. J’ai pu l’allaiter jusqu’à ses un an, je l’ai portée en écharpe dès la maternité, elle était en cododo jusqu’à ses un an également, environ. Je ne l’ai jamais laissée pleurer, elle était écoutée dans ses besoins, elle était accompagnée avec empathie. Mon premier enfant également, mais je m’en voulais que ceci se fasse en cours de chemin, j’aurais tellement aimé le materner dès sa naissance.

Puis j’ai eu mon troisième enfant, Rayan. Notre chemin, son histoire est différente comme vous pouvez le lire. J’ai bataillé pour un tire-allaitement durant plusieurs mois, mais je me suis rendu à l’évidence, j’étais bien trop épuisée et je ne pouvais pas combler son besoin en lait (il était nourri en continu par sonde nasogastrique). Malgré cela, je le portais aussi souvent que possible en écharpe. Une fois rentré de l’hôpital, il a dormi à mes côtés. Hors de question de le laisser pleurer sans accompagnement, car oui le maternage c’est ne pas avoir peur des pleurs, ne pas les faire taire absolument. Les pleurs sont nécessaires pour s’exprimer, se soulager du stress de la journée, manifester une douleur, etc… Mais j’étais là, quoi qu’il arrive, j’étais là.

Mes enfants sont-ils autonomes ou au contraire, complètement dépendants de moi?

Aujourd’hui, mes bébés sont devenus des bambins ; 4 ans et demi, 3 ans et demi et 21 mois (promis, après 2 ans j’arrête de parler en mois) et je me dis qu’il est intéressant de parler pour une fois du « APRES » maternage. Bien qu’il n’ s’arrête pas à l’âge de bambin, il continuera et continuera toujours. Pour moi c’est une philosophie de vie.

Adam, mon premier enfant est revenu en cododo vers 2 ans et demi. C’est un petit garçon très angoissé, certainement dû à son hypersensibilité. Il a beaucoup besoin d’être rassuré, d’être câliné, d’entendre que je l’aime très fort, vers l’infini et au delà. Ça fait quelques mois que par lui-même il a décidé de ne plus dormir avec maman. On a installé un canapé-lit dans la chambre et il adore dormir là, c’est son « lit de grand ». Effectivement toujours dans notre chambre familiale, mais c’est une chose qu’on vit tous très bien. Il y a même eu des jours où il m’a surprise à dormir dans sa propre chambre. Je ne lui a jamais mis la pression sur ce sujet-là, je lui laisse le temps dont il a besoin. A côté de cela, c’est un petit garçon plutôt social, très affectueux et autonome.

Hind, ma deuxième enfant, maternée sans complexe a simplement quitté le cododo à un an, après son sevrage naturel. Elle montrait qu’elle souhaitait plus de place pour dormir alors je l’ai installée dans sa chambre et elle a dormi sans aucun pleur. Elle est devenue une petite fille qui respire la joie de vivre, elle est devenue très autonome, très sûre d’elle, elle est confiante. Comme Adam, elle sait que si elle a besoin de moi, d’un câlin, d’être rassurée elle peut venir vers moi. Il y a des soirs où elle préfère son lit, d’autres être avec nous, dans tous les cas elle n’a aucun mal à dormir dans sa chambre et elle la préfère même parfois.

Encore difficile de faire un retour sur Rayan car il est encore petit, mais en tout cas nous essayons de le materner le plus et le mieux possible malgré les circonstances. On profite de lui et on essaie de ne pas tomber dans la « sur-protection ». Ça reste un petit bonhomme hyper souriant, un soleil dans la maison. Il fait complètement sa vie, il a des moments câlins, mais préfère courir, gambader, rire, s’amuser. Ce qui me rassure chez lui, c’est qu’il sait qu’il peut venir vers nous quand il a besoin d’être rassuré ou juste besoin d’un câlin.

Les doutes qui autrefois pouvaient être là sont complètement dissipés en voyant les enfants épanouis que j’ai à la maison. Ils ne sont pas devenus des « pots de colle », ils ne sont pas devenus des « enfants dépendants » de maman. Je ne dis pas que cela est une vérité absolue et générale, mais en tout cas c’est une vérité pour ma famille. Mon seul regret est de ne pas avoir materné mon premier enfant dès sa naissance, même si on s’est bien rattrapé jusqu’à maintenant. Si je n’avais qu’un conseil à vous donner, ça serait, ECOUTEZ-VOUS ! Ne faites jamais quelque chose avec laquelle votre cœur n’est pas en accord.

Je ne pense pas qu’on puisse donner trop d’amour à ses enfants. L’amour ne peut apporter que du positif dans leur construction, alors pourquoi s’en priver?

 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
×
 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill

Comments (3)

  1. Super merci pour ce témoignage !
    Selon Vous le maternage proximal se fait jusqu’à quel âge selon Vous? Les miens ont 3ans et 5ans, ils ont dormi tres vite dans leur chambre ( 8mois La 1ere et 6mois le 2eme, ils dorment Ds La meme chambre ). Parfois le dernier Vient se glisser dans notre lit, ma fille de 5ans et demi parfois demande avant de dormir qu’elle aimerait dormir Avec Moi, Si je l ecoute ça serait tous les jours meme 😅. On a trouvé Comme compromis de parfois les faire dormir avec Nous sur leur matelas parterre les week end pour combler ce besoin.

  2. […] jamais entendu quelqu’un lui dire : « Tu ne le frappes pas? Voilà comment en faire un enfant roi! » ou encore « frappe le, c’est pour son bien ». Ben oui, voyons […]

  3. […] sais que beaucoup de mamans s’interrogent sur le terme « maternage » et se demandent pourquoi devons nous materner nos enfants. Voilà pourquoi il était important pour moi de venir vous en parlez afin que vous pussiez […]

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TOI AUSSI TU VEUX ARRONDIR TES FIN DE MOIS ? ALORS FAIT COMME MOI ! 
EN SAVOIR PLUS
close-image