La lourde pression d’élever un petit garçon …

Dernièrement beaucoup de femmes (et quelques hommes)  se sont exprimées sur les agressions sexuelles qu’elles ont pu subir notamment dans le monde du cinéma. Les langues se délient de plus en plus, les tabous s’effacent, les réseaux sociaux rendant cela “plus facile”.

Étant maman d’un petit garçon de 2 ans et demi, tout cela me fait ressentir beaucoup de pression sur les épaules. Je n’ai jamais été moi-même victime d’agression sexuelle à proprement parler. J’ai été comme beaucoup confrontée à des comportements déplacés dans la rue ou le métro mais rien de “grave”.

Je sens donc beaucoup de pression car il est de ma responsabilité d’élever mon fils dans le respect de l’autre et notamment des femmes. Le respect du non, le respect de leurs corps, que le viol ou n’importe quel geste sans consentement n’est pas acceptable., que les mots déplacés, les sifflements, les insultes ne sont pas acceptables.

Comment a t-on pu en arriver là….

Je dois avouer qu’au début j’ai été soulagée d’avoir un petit garçon car il “risquerait” moins dans sa vie de tous les jours… puis plus j’avance et plus je me dis qu’au contraire c’est moi (et son père bien entendu) qui avons la responsabilité de l’homme qu’il va devenir.

Son père justement est quelqu’un de respectueux envers les femmes et j’espère que nous arriverons à lui transmettre cette façon de penser et d’être.

Je me trompe peut-être, mais pour moi cette bienveillance passe d’abord par l’éducation bienveillante justement. Pas de violence à la maison, ni physique ni verbale. Le droit de ressentir les émotions, le droit de pleurer, de ne pas être fort tout le temps, le droit de s’exprimer, peu importe ce qu’il a à dire que ce soit dur ou pas.  Se sentir en confiance et en sécurité pour ne pas ressentir le besoin de faire souffrir les autres car il souffre lui-même. L’écoute, le partage, l’empathie… être humain, pouvoir se tromper sans avoir honte, être et se sentir aimé inconditionnellement.

Toutes ces valeurs que j’essaie de lui transmettre pour faire de lui une personne équilibrée et bien dans sa tête et son corps. 

Il n’a que 2 ans et demi, vous allez me dire, c’est facile pour le moment … oui … on en reparle dans 20 ans …

Étiquettes : ,

Related Posts

by

Maman d’un petit bonheur prenommé Evan depuis mai 2015, allaitante, maternante, en apprentissage de la bienveillance au quotidien.

Previous Post Next Post
0 shares
S'inscrire à la newsletter (Formation Montessori, Parentalité positive et nos bon plans ...)
S'inscrire
Dejà 50 000 incrits