Les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises

Les émotions surgissent en nous : nous nous sentons enthousiastes, sereins, tristes, inquiets, dégoûtés,nous avons peur. Nous ne contrôlons pas leur apparition, cependant nous sommes capables, nous adultes, de les comprendre, de les « gérer » afin de ne pas nous laisser submerger par la colère, la peur, par exemple, qui pourraient nous conduire à des comportements inadéquats.

Les émotions circulent en nous, sont agréables ou désagréables, et sont le reflet de ce que nous ressentons à un moment donné.

Sans émotions, nous ne serions pas des êtres vivants, mais seulement des machines.

Quand nous nous sentons réjouis, curieux, enthousiastes, heureux, paisibles, ces émotions très agréables nous confirment que nous vivons en accord avec nous-mêmes, en cohérence avec ce que nous souhaitons profondément.

A contrario, lorsque nous éprouvons des émotions désagréables, nous sommes inquiets, tristes, en colère, énervés, découragés… Ces émotions nous signalent qu’une partie de notre être n’est pas du tout satisfaite et que nous ne vivons pas comme nous le désirons.

Les émotions sont donc extrêmement utiles, puisqu’elles nous renseignent sur ce que nous sommes, sur ce qui pourrait évoluer, changer en nous pour nous rapprocher de nos aspirations.

Elles nous permettent de vivre en pleine connaissance et conscience de nous-mêmes, de faire les choix qui correspondent et ainsi de garder le fil directeur de notre vie.

Quand nous prenons le temps de nous demander deux ou trois fois par jour : « Comment je me sens, là, maintenant? » ainsi que le suggère Thomas d’Ansembourg, psychologue belge, formé en communication non violente ou CNV, nous constatons que les émotions sont extrêmement diverses, riches, nuancées et que prendre le temps, même très court, de les analyser nous permet d’avoir conscience de ce que nous ressentons, de mieux répondre aux situations qui se présentent et de mieux nous connaitre.

De plus, la recherche nous révèle que nommer ce que nous éprouvons agit positivement sur notre cerveau, et donc sur nous-mêmes.

Nommer ce que nous ressentons nous fait du bien

Quand nous sommes stressés, l’amygdale cérébrale, centre de la peur, provoque la sécrétion du cortisol, de l’adrénaline, molécules qui en quantité importante peuvent être très toxiques pour notre santé physique et psychologique. Quand nous parvenons à mettre des mots sur nos émotions nous agissons sur l’amygdale cérébrale, elle devient moins active, la sécrétion de cortisol et d’adrénaline ralentit, notre stress diminue et nous nous apaisons.

Source:

« Vivre heureux avec son enfant » – Catherine Gueguen

A lire :

6 pistes pour accompagner la colère de son enfant
[Activité gestions des émotions] Le monstre mangeur de colère
13 phrases puissantes pour calmer un enfant en colère
Une animation pour aider les enfants à gérer leurs émotions

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROGRAMME MONTESSORI 0/3 ANS
close-link
Au bonheur d'éduquer - Une formation pour vous aidez à devenir plus zen et bienveillant(e) avec vos enfants 
Cliquez-ici pour découvrir le programme 
close-image
×

Panier