Les 39 médicaments pour enfants les plus dangereux !

Les 39 médicaments pour enfants les plus dangereux !

Amener son enfant chez le médecin pour un rhume et ressortir avec une ordonnance longue comme mon bras. C’est pourtant ce qui arrive à beaucoup de parents. Un constat alarmant puisqu’un médicament n’est pas anodin, il contient des effets secondaires.

En novembre dernier, le magazine 60 millions de consommateurs avait dressé une liste noire de médicaments pour adultes contre le rhume ou les maux de gorge pour deux principales raisons : le rapport bénéfice/risque pour la santé est défavorable et certaines molécules pouvaient exposer ceux qui les prennent à des accidents cardio-vasculaires et des AVC.

UFC Que Choisir, dans son numéro de mars, enfonce le clou en dressant une nouvelle liste noire mais cette fois les médicaments sont ceux destinés aux enfants.

« trop de médicaments pour enfants sont inutiles ou dangereux », avertit l’association de consommateurs.

D’ailleurs, plusieurs études au cours de ces dernières années ont mis en lumière un recours excessif aux traitements médicamenteux chez les enfants.En 2005, une enquête de la CPAM de l’Aude révélait qu’un enfant sur dix de moins de 15 ans s’était vu prescrire un médicament contre-indiqué pour son âge.

Je trouve ça vraiment affolant, même si fort heureusement, c’est quelque chose qui est en baisse aujourd’hui. Les professionnels de santé commencent à prendre conscience que trop de médicaments prescrits pour soigner des maux bénins exposent l’enfant à des effets indésirables pouvant être graves.

Beaucoup de médicaments ont même été déremboursés ou retirés de la vente car inutiles, voire dangereux. Malgré cela, certains médicaments à éviter sont toujours disponibles !

Voici une liste de ces médicaments à bannir

Ceux contre la toux

  • Néo-codion sirop
  • Euphon sirop
  • Humex toux sèche dextrométhorphane
  • Tussidane sirop
  • Biocalyptol sirop
  • Hexapneumine sirop
  • Tussisédal sirop
  • Hélicidine sirop
  • Mucomyst poudre
  • Biogaran acétylcystéine
  • Bronchokod enfant carbocistéine
  • Fluimucil enfant acetylcysteine
  • Coquelusédal enfant suppositoires
  • Trophirès enfant suppositoires
  • Vicks Vaporub

Ceux contre le rhume

  • Désomédine (hexamidine)
  • Dolirhume (acide ténoïque)
  • Rhinotrophyl (acide ténoïque et sel d’éthanolamine)
  • Aturgyl
  • Humoxal
  • Rhinofluimucil
  • Dérinox
  • Déturgylone
  • Algotropyl
  • Actifed Sign
  • Pérubore
  • Essence algérienne
  • Vicks Inhaler
  • Puressentiel spray nasal
  • Rhinosulfuryl
  • Pernazène
  • Advilmed
  • Nurofenpro

Ceux contre les reflux

  • Motilium

Ceux contre la diarrhée aiguë

  • Imodium (lopéramide)
  • Nurofenpro
  • Advilmed
  • Panfurex
  • Nifuroxazide

Vous aussi vous avez reconnu plusieurs médicaments présents dans vos pharmacies car votre médecin vous les a prescrits ?

Le magazine ajoute que les fluidifiants bronchiques, en vente libre, sont à éviter chez les moins de deux ans car ils aggravent l’encombrement des bronches chez le bébé car il ne possède pas les capacités de bien tousser. Egalement à éviter, les sprays antiseptiques qui peuvent provoquer des irritations et allergies, en plus de pouvoir véhiculer des germes s’ils sont gardés trop longtemps. Quand aux sprays décongestionnant, ce n’est jamais avant 15 ans. Et pour terminer, les sirops contre la toux contenant de la codéine auxquels les enfants sont très sensibles, sans compter qu’ils n’ont pas d’utilité prouvée et présentent des effets indésirables.

Le magazine ajoute que les fluidifiants bronchiques, en vente libre, sont à éviter chez les moins de deux ans car ils aggravent l’encombrement des bronches chez le bébé car il ne possède pas les capacités de bien tousser. Egalement à éviter, les sprays antiseptiques qui peuvent provoquer des irritations et allergies, en plus de pouvoir véhiculer des germes s’ils sont gardés trop longtemps. Quand aux sprays décongestionnant, ce n’est jamais avant 15 ans. Et pour terminer, les sirops contre la toux contenant de la codéine auxquels les enfants sont très sensibles.

Parlons des alternatives !

Contre la toux

Si la toux est présente chez un nourrisson de moins de 3 mois, si elle s’accompagne de fièvre persistante, de difficultés à s’alimenter ou respirer, si elle est liée à une allergie, dans ces cas-là effectivement il faudra consulter un médecin, en dehors de cela, la toux est le plus souvent bénigne.

L’idée est de supprimer la cause pour qu’elle puisse s’atténuer. Vous pouvez surélevez la tête du lit pour éviter que les glaires s’écoulent dans la gorge. Il est également important, et c’est la solution la plus efficace, de désobstruer le nez avec du sérum physiologique ou du lait maternel, si vous allaitez.

Vous pouvez également utiliser du miel (après 12 mois), du thym, des massages, une petite bouillotte sur le thorax par dessus les vêtements, un oignon coupé en deux glissé sous le lit, faire un sirop maison à base de navet

Contre le rhume

Après les six premiers mois de l’enfant, les rhumes sont courants et jamais graves. Mais un nez bouché peut rendre le sommeil difficile, favoriser la toux… Encore une fois le sérum physiologique sera votre meilleur allié ! Plusieurs fois par jour, désobstruez le nez de votre enfant. Et puis, mêmes conseils que donnés un peu plus haut : on surélève le matelas, massage…

Si vous connaissez l’aromathérapie, vous pouvez utiliser de l’huile essentielle d’eucalyptus radié (pas avant 3 mois!). Dans un bol d’eau chaude on ajoute 5 gouttes et on le place dans la chambre de l’enfant. Pour les enfants de moins de 3 ans, on retire le bol avant le couché. Pour les plus âgés, on laisse le bol toute la nuit.

Contre les reflux

Bien que pénibles, les reflux sont bénins et courants chez les bébés, ne justifiant pas de traitement médicamenteux. Je clarifie tout de suite la chose, on ne parle pas des bébés « RGO ». Bien souvent il est simplement conseillé d’épaissir le lait ou fractionner les repas chez les gros mangeurs.

« En témoignent les médicaments à base de dompéridone (Motilium, Peridys, Oroperidys et leurs génériques) qui étaient très prescrits pour les « bébés RGO » il y a une dizaine d’années. Responsables d’effets indésirables graves tels que des problèmes cardiaques et neurologiques rares, ils ont fort heureusement été abandonnés dans cette indication du fait de leur totale inefficacité. En 2005, la Haute autorité de santé (HAS) restreignait leur remboursement aux traitements des nausées et vomissements, et depuis 2016 elle recommande de ne plus les utiliser chez l’enfant. Toutefois, ces derniers n’ont pas encore tous été retirés du marché (en cours pour le Peridys et l’Oroperidys, mais pas le Motilium). Pensez donc à faire le tri dans l’armoire à pharmacie. » UFC-Que Choisir

Contre les diarrhées

La prise en charge de la diarrhée consiste avant tout à prévenir la déshydratation, en particulier chez l’enfant de moins de deux ans. Vous pouvez utiliser des solutions de réhydratation orale (SRO) industrielles ou maison.

Concernant la diarrhée, vous pouvez privilégiez certains aliments, comme : la compote de pomme, les bananes, bouillon, riz blanc, carottes cuites.

Contre la fièvre

On voit souvent la fièvre comme une ennemie, mais en réalité elle ne l’est pas forcément. Si votre enfant la supporte bien alors ne la traitez pas. Le corps lutte contre la bactérie. Dans le cas où il y a besoin de traiter, alors le paracétamol fera l’affaire.

Vous pouvez toujours faire du peau à peau, découvrir votre enfant, utiliser un linge humide sur son front et toujours veiller à son hydratation.

Lire : La température chez l’enfant [astuces naturelles]


Source :

Médicaments pour enfants – Trop sont inutiles ou dangereux

Justine

" L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour " A.S Neill

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.