La peau : un merveilleux canal de communication

La peau : un merveilleux canal de communication

Ce manteau très particulier est le premier organe de l’embryon à se former dans l’utérus. La peau, conçue pour résister au milieu aquatique dans lequel votre bébé a baigné pendant neuf mois, sera stimulée pendant les contractions, puissant massage, fondamental pour la « mise en route » des systèmes vitaux du nouveau-né.

D’après Ashley Montagu, les contractions sont un substitue du léchage. Sauf cas extrême, les femmes ne lèchent pas leurs petits, mais ceci est compensé par la durée du travail de l’accouchement beaucoup plus important chez les humains que chez les autres mammifères. Le petit être humain né « inachevé » est très démuni. Nombreux sont les auteurs qui ont évoqué l’immaturité de l’enfant à sa naissance et son besoin de proximité permanente avec sa mère qui est la personne la mieux préparée pour répondre à ses besoins. Instinctivement la mère aura très envie de garder son bébé contre elle après la naissance, physiologiquement, cela permettra à l’utérus de continuer à se contracter, donc de reprendre progressivement sa place, l’allaitement à la demande se mettra alors en place très simplement.

Les fonctions affectives se mêlent très intimement à la physiologie. Les liens se tissent, et la façon de les tisser aura une influence prépondérante tout au long de la vie de ce bébé qui commence son voyage à l’air libre. Le nourrisson à besoin d’être enveloppé, tenu et soutenu, il ne peut appréhender l’espace autour de lui que très progressivement et toujours porté dans les bras de quelqu’un qui l’aime et avec lequel il a fait « connaissance ». Comment faire alors pour continuer à vivre « votre vie » de famille, de couple, de femme? Et combien de temps cela va-t-il durer? Ce sont deux questions posées fréquemment par les jeunes parents qui prennent conscience de l’importance du maternage de proximité, qui réalisent qu’une priorité doit être donnée à la tendresse, et que le mot éducation semble vain lorsqu’il s’agit d’un petit enfant.

Extrait du livre Elever son enfant… autrement par Catherine Dumonteil-Kremer

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour »A.S.Neill
Previous Post Next Post
0 shares
Inline
Inline