Avez-vous besoin d’une Doula ?

Avez-vous besoin d'une Doula ?

Avez-vous besoin d’une Doula ?

Ai-je besoin d’une doula ? C’est la question que nous pouvons nous poser lorsque nous débutons une grossesse. Ne serait-il pas merveilleux si une personne de confiance était volontaire pour être toujours disponible quitte à dormir sur votre canapé, dans le cas où le travail se déclencherait au milieu de la nuit? Et si cette même personne était là pour vous accompagner marcher dans les dernières semaines de votre grossesse ou ajusterait ses vacances afin de prévoir et être là avec vous à la naissance de votre bébé ?

La doula – ou accompagnante à la naissance, n’est pas formée médicalement, mais elle est là aux côtés de la femme enceinte et de ses proches afin d’écouter leurs désirs, leurs besoins et suit la maman dans ses choix. La relation est basée sur la confiance, la complicité et l’intimité de femme à femme. Elle propose des encouragements, des informations et ce pendant toute la grossesse, l’accouchement et la période post-partum.

1116535

Un avantage prouvé : un soutien constant

.Bien qu’il n’y ait pas de statistique officielle, les experts en matière d’accouchement estiment qu’aux Etats-Unis, 1% des naissances sont supervisées par des doulas.

Ils affirment que ces chiffres sont en hausse et que cette hausse est une preuve des avantages de cette accompagnement : « Les hôpitaux ouvriront de plus en plus leurs portes aux doulas car ils savent que les femmes veulent ce genre de soutien», explique Maureen Corry, MPH, directeur exécutif du Centre Association de maternité à New York, une organisation à but non lucratif consacrée à l’amélioration des soins en maternité. « Il n’y a pas de risques connus pour la mère ou le bébé à avoir une doula, par contre il y a beaucoup d’avantages. »

Un examen scientifique impliquant six études de plus de 2.000 femmes ont révélé que, avec le soutien en continu d’une doula, l’utilisation de la péridurale a diminué de 60%. En outre, le nombre de césariennes a chuté de 50%, l’utilisation de l’ocytocine pour déclencher le travail a diminué de 40%, l’utilisation des forceps de 40%, et la durée moyenne du travail de 25%.

« Nous pensons que l’anxiété peut ralentir ou stopper les contractions», rapporte John H. Kennell, MD, professeur de pédiatrie à l’Université Case Western Reserve à Cleveland – l’un des chercheurs impliqué dans l’étude. «L’expérience et la connaissance de l’aide apportée par la doula rendent la mère [et son partenaire] à l’aise. »

D’autres avantages liés au post-partum viennent s’ajouter. Une étude menée par Kennell et d’autres suggère que les mamans soutenues par une doula, allaitaient avec plus de succès et souffraient moins d’anxiété post-partum et de dépression que les nouvelles mamans sans un tel soutien.

Les coulisses des doulas

Les stagiaires accompagnantes à la naissance assistent généralement à des ateliers dirigés par des doulas expérimentées. Ils apprennent tout le processus de l’accouchement, les techniques pour soulager la douleur et comment avoir une communication efficace avec une femme en travail, son partenaire et le personnel de l’hôpital, rapporte Penny Simpkin, PT, éducateur de l’accouchement et co-fondateur de Doulas d’Amérique du Nord. Une doula doit également assister à 3 à 10 naissances pour être certifié.

Dans la phase du postnatale, les doulas apprennent à préparer les repas de famille, les soins pour les nouveau-nés et les informations nécessaires au soutien à l’allaitement maternel.

En règle générale, les doulas rencontrent les futurs parents au moins deux fois avant l’accouchement pour répondre aux questions et discuter ensemble du projet de naissance.

Quelques semaines avant la date présumée de l’accouchement, les doulas restent vigilantes et laissent leur téléphone sur sonnerie. Après l’accouchement, elles proposent souvent à la famille de parler de la naissance. Les tarifs varient selon les doulas et peuvent totalement être adaptés aux moyens des familles.

Pour 300$ (=268€), ma doula, Sue Ann, m’a promis deux visites prénatales, son soutien de la première contraction à la dernière, et deux visites post-partum. Mon mari, Craig et moi avons reçu beaucoup plus. Au cours des visites prénatales, nous avons parlé de nos espoirs concernant la naissance. Sue Ann nous a appris plusieurs positions de travail utilisant la gravité, comme la danse, le balancement et accroupie, et elle nous a aidés à faire une liste de ce qu’il fallait apporter à l’hôpital.

Elle a répondu à toutes mes questions. «Est-ce bon ou mauvais pour le bébé de se déplacer pendant une contraction? » (Bon.) « Vais-je être en mesure de dire si j’ai perdu les eaux alors que je nage? » (Oui.) «Quelle heure de la journée, je suis le plus susceptible de débuter le travail? » (De nombreux mammifères commencent le travail dans le milieu de la nuit, là ou l’on se sent le plus en sécurité.) Sue Ann nous a prêté des vidéos sur l’allaitement, le travail et les soins de bébé, ainsi que des copies d’articles utiles. Elle nous a accompagnés à deux rendez-vous chez le médecin et à l’hôpital pour une application de gel de prostaglandine pour préparer mon col au déclenchement.

Le pouvoir de la doula

À un moment donné, je suis devenue frustrée quand mon terme a été dépassé. Sue Ann a suggéré que je masse mon ventre pour se reconnecter avec mon bébé. « Frottez doucement vers le bas, » dit-elle. « Pensez à la façon dont vous ne pouvez pas attendre de le rencontrer. » Avec ces mots simples, rassurants, elle m’a aidée à recentrer mon attention sur la beauté, le mystère et la spiritualité de l’accouchement.

Sa présence a soutenu mon mari et moi durant les 23 heures de travail. Durant ce temps, le médecin et les infirmières ont changé trois fois. Sue Ann était à proximité du début à la fin. Comme les contractions sont devenues plus intenses, elle a offert des options: Voulez-vous essayer de danser ou vous accroupir ou passer du temps dans un bain chaud?

Quand il était temps de pousser, Craig se tenait sur un côté avec Sue Ann, elle frottait mes jambes et me coachait pour bien respirer, maintenir et pousser. Elle a positionné un miroir en face de moi pour que je puisse voir l’avancement de mon fils. Et quand Cobi est sortie, elle recula pour laisser Craig et moi lui souhaiter la bienvenue.

Sue Ann a facilité notre transition de l’hôpital à la maison en gardant le contact avec nous par téléphone, en nous préparant un bon dîner. Elle nous a guidés à travers une grossesse tardive à une parentalité précoce, offrant la main ferme de quelqu’un qui est passé par là auparavant.

Article original « Do You Need A Doula? »
Traduit par l’équipe oummi-materne.com

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier