Tout ce que vous ne savez pas sur l’accouchement sous l’eau

Tout ce que vous ne savez pas sur l’accouchement sous l’eau

Quand des mamans demandent pourquoi accoucher sous l’eau, j’ai toujours cette envie de répondre « pourquoi ne pas accoucher sous l’eau ? »

En plus d’être une expérience magique, fabuleuse et réalisable en France, elle comporte de nombreux avantages, tant pour la maman que pour bébé. Et puis, les recommandations qu’on fait aux mamans au début de travail ne sont-elles pas de profiter d’un bon bain pour se relaxer et atténuer les douleurs ? Je considère donc l’accouchement aquatique comme une suite logique des choses.

Voyons ensemble ses nombreux avantages.

Pour la maman

  • L’eau chaude apaise et détend
  • L’effet de la flottabilité diminue le poids, permettant une meilleure liberté de mouvement et d’adopter plus facilement la bonne position
  • La flottabilité permet de rendre les contractions plus efficaces et une meilleure circulation du sang ayant pour résultat une meilleure oxygénation des muscles utérins, moins de douleurs pour la mère et plus d’oxygène pour le bébé
  • L’immersion dans l’eau permet souvent de diminuer la pression artérielle causée par l’anxiété
  • L’eau réduit les hormones liées au stress, ce qui permet au corps de la mère de produire des endorphines (substances aux effets analgésiques)
  • L’eau permet au périnée de devenir plus élastique et détendu, ce qui réduit l’incidence et la gravité de la déchirure.
  • Le travail dans l’eau permet à la femme de se détendre physiquement, mais mentalement aussi ce qui favorise une plus grande concentration sur le travail.
  • En étant immergée dans l’eau, le sentiment d’intimité est beaucoup plus présent
  • La durée de l’accouchement est divisée par 3 par rapport aux naissances classiques. Le col de l’utérus se dilate beaucoup plus vite, la douleur est ressentie beaucoup moins longtemps, permettant à la maman d’avoir plus d’énergie pour des poussées beaucoup plus efficaces.
  • Le nombre de péridurales est considérablement réduit. Moins de 10% comparé aux 40% de l’hôpital voire pour certains un taux record de 90% !
  • Une réduction considérable de forceps passent de 15% à moins de 10% et une réduction également du taux de césariennes passant de 18% à moins de 10%
  • C’est une expérience qui se veut énormément positive pour les mamans qui ont pu bénéficier d’un accouchement aquatique, et beaucoup souhaitent renouveler l’expérience
  • Contrairement aux fausses idées qui circulent, la sécurité bactériologique et les contions de surveillance sont identiques à celles d’un accouchement classique.

Pour le bébé

  • Un environnement rassurant et familier puisqu’il est similaire à la poche amniotique.
  • Permet au bébé une arrivée tout en douceur réduisant ainsi son stress dû à la naissance et augmente son sentiment de sécurité
  • Une naissance moins brutale permettant de réduire les traumatisme liés à la naissance. D’ailleurs, on dit souvent que les bébés nés dans l’eau sont plus calme et pleurent moins
  • Un environnement qui facilite le premier contact en peau à peau car il sera placé immédiatement contre sa maman, favorisant les caresses et baiser.
  • Il n’y a aucun effet dangereux, d’utilisation de médicaments ou d’interventions durant le travail

Et sinon, comment se passe un accouchement dans l’eau ?

Tout d’abord, il faut savoir que pour envisager ce type d’accouchement, la future maman doit répondre à plusieurs critères:

  • La grossesse doit s’être déroulée normalement et avoir dépassé les 37 semaines d’aménorrhées.
  • la future maman ne doit pas avoir eu de diabète gestationnel ou autres pathologies maternelles
  • Elle ne doit pas être contaminée par le sida, hépatite B ou toute autre maladie contagieuse
  • Le bébé ne doit pas avoir une « mauvaise » position
  • Des pertes de sang ou un mauvais monitoring peuvent compromettre l’accouchement dans l’eau
  • En cas de placenta praevia (placenta non inséré dans la cavité utérine)

Le déroulement

Quand les contractions deviennent douloureuses et efficaces, la future maman peut pénétrer dans la baignoire. C’est une baignoire le plus souvent transparente et adaptée aux accouchements sous l’eau. L’eau est maintenue à 37° grâce à un système de régulation thermique. Si le bassin est assez grand, le papa peut être invité à rejoindre son épouse pour l’aider dans le processus de la naissance. Selon l’envie et selon les maternités (tout dépend de leur équipement), la maman pourra rester dans le bassin tout le long du travail, ou en sortir pour l’expulsion. La surveillance sera tout aussi attentive que lors d’un accouchement classique, le bébé bénéficiera d’un monitoring en continu grâce à des capteurs étanches. Les mesures d’hygiène sont également très strictes pour éviter la contamination de l’eau par des germes nocifs pour le bébé ou pour la maman.

Pour savoir quelles sont les maternités de France ayant recours aux accouchements aquatiques, n’hésitez pas à consulter le site de l’AFNA (Association française de naissance aquatique), vous y trouverez informations et conseils.

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour » A.S.Neill
Previous Post Next Post
146 shares