Le stress dans l’enfance est très nocif pour les chromosomes

Le stress dans l’enfance est très nocif pour les chromosomes

Michael Meaney a été l’un des premiers à montrer que la façon dont nous avons été maternés retentit sur notre façon d’être, nos réactions au stress et également sur quelques-unes de nos facultés cognitives en modifiant l’expression de certains gènes. Le coeur de ces recherches révèle que le stress des mères retentit très négativement sur leurs enfants et que ce stress se transmet de génération en génération cliniquement et génétiquement.

De très nombreux facteurs environnementaux comme l’alimentation, les produits toxiques, mais aussi l’entourage familial et social peuvent modifier l’expression des gènes. Le maternage, l’ambiance dans laquelle l’enfant grandit agissent directement sur l’expression de certains gènes. Un des facteurs les plus influent est le stress.

12584052_1768920043345712_1397716948_nChromosome avec en gris sombre les télomères, zone située à l’extrémité du chromosome.

Les télomères constituent l’extrémité du chromosome. Ils protègent le chromosome de l’effet du temps et de l’environnement. Ils diminuent avec l’âge, devenant de plus en plus courts à chaque division de la cellule. C’est ce raccourcissement des télomère qui conduit à la mort des cellules. Les stess et les traumatismes dans la petite enfance accélèrent le raccourcissement des télomères et font donc vieillir plus vite. Des télomères courts sont associés à un risque plus élevé de maladies liées à l’âge, et à une espérance de vie moindre.

Certaines de ces modifications épigénétiques* peuvent être réversibles si l’environnement se modifie.
L’expression des gènes peut se modifier tout au long de la vie, mais la vie intra-utérine et les deux premières années après la naissance sont les périodes les plus vulnérables. Cela nécessite une très grande vigilance vis-à-vis de l’environnement de la femme enceinte et de l’enfant petit. Ce que vit, ressent, entend l’enfant dans le ventre de sa mère et dans ses premières années retentit sur son devenir. Une voix affectueuse, une caresse, un ton dure, sévère, de la négligence, des coups, de la fumée de cigarette, toutes ces expériences diverses sont des signaux qui, lorsqu’ils sont intenses ou répétés, peuvent produire une cascade de phénomènes biochimiques déclenchant des modifications de l’ADN.


* Depuis peu, nous savons que notre environnement peut influencer sur l’expression de certains gènes/ Cette modification de l’expression des gènes par l’environnement est appelée « épigénétique ».

Dr Catherine Gueguen – Pour une enfance heureuse
[repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes]

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier