Un oubli de notre culture

Un oubli de notre culture

Par Tine Thevenin

« Nos jours, nos actions, tout ce que nous faisons et sommes se trouve replié dans notre enfance » John T. Trowbridge

La plupart d’entre nous a lu ou entendu de temps en temps, quelque part ce qu’une « autorité »  conseille sur les enfants qui dorment avec leurs parents ou leurs frères/sœurs. Bien que les avis sur le sujet divergent, la pratique est généralement découragée.

On peut prendre des livres sur l’éducation des enfants et y lire que les problèmes de sommeil d’un enfant viennent du fait que dès que la mère entend son bébé gémir elle se « précipite » pour voir si tout va bien.  L’enfant se réveillera plus fréquemment, selon ses livres, juste pour avoir leur mère près d’eux.

Une mère est ridiculisée de vouloir prendre son bébé qui pleure. Pourtant, cette réponse à un appel, le souci de sa progéniture, est une chose qui vient du plus profond de la maternité.

Ces livres conseillent fortement aux parents de ne pas prendre leurs enfants dans le lit avec eux, même en période de stress ou s’il y a un problème bien entendu. Le parent est tout juste autorisé encore moins encouragé à faire confiance et à valoriser ses émotions de parents mais devient la victime innocente de vieux préjugés qui perdurent. S’il ne suit pas les conseils, alors il ne peut plus compter que sur son sens commun en déshérence ou être harcelée en se demandant quoi faire. Notre société proclame le co-dodo en famille comme tabou. Cela ne nous donne aucune réponse satisfaisante aux problèmes des enfants au coucher ou la nuit.

L’instinct parental quand il s’agit de sa progéniture ne doit pas être sous estimé, bien que pendant des années cela semble avoir été le cas. Mais les choses changent. Dans l’article d’un journal de janvier 1974, le Dr SPock  est cité disant qu’il admet que les parents de ce pays ont été persuadés que seuls des personnes formées savaient comment éduquer les enfants. Il en résulte, continue-t-il, un manque de confiance de la part des parents. Il va jusqu’à parler de « privation cruelle » qui a été imposée aux mères et aux pères.

En 1974, un autre article parait sous le titre « pourquoi certains bébés ne dorment pas »[1]. Les auteurs de cet article ont découvert que ce qui tracassait le plus souvent les parents était que leur enfant se réveille la nuit. Dans leurs commentaires sur les résultats de la recherche, ils écrivent que certains conseils provenant des « visiteurs de santé », de la PMI ou tout autre praticien généraliste n’est pas toujours d’une très grande aide et ont généralement peu d’expérience de mise en pratique derrière. Ils rapportent que le peu de recherches faites sur ce problème en comparaison avec toutes celles portant sur les questions concernant les soins hospitaliers de bébés malades, est, en effet, frappant. Ils continuent « ce qui est ressorti de cette recherche n’a pas filtré jusqu’à ceux qui ont avaient effectivement besoin ».

Qu’est ce que les parents ont à dire sur le sujet ? Une jeune mère écrit : « Je ressentais profondément que notre bébé devrait rester avec nous la nuit. Cependant, elle avait sa chambre. Pourquoi ? Je ne sais pas. J’aimerai que ce soit différent. Nous avons parfois tellement de difficultés à l’endormir sans pleurs. J’aimerai savoir quoi faire »

J’étais cette mère, écrivant à propos de son premier enfant quand elle avait 9 mois. En tant que jeune parent, il ne m’est pas venu à l’idée de la mettre dans notre lit avec mon mari et moi.

A l’arrivée de notre deuxième enfant, nous avions évoqué le sujet avec pas mal de personne. A notre grande surprise, beaucoup ont « confessé »  prendre leur enfant dans leur lit avec eux. Ils le font parce que l’enfant a des problèmes de sommeil ou parce qu’il semble en résulter une famille plus heureuse.

La plupart de ces parents tendent à exprimer une croyance dans une approche plus naturelle de l’éducation comme la naissance naturelle, l’allaitement, la méthode naturelle de maitrise de la fécondité. Ils pensent que le co-dodo en famille que ce soit parents/enfants ou frères/sœurs s’inscrit logiquement dans cette approche naturelle.

Ce livre met en lumière les expériences et les opinions de ces parents qui dorment avec leurs enfants. Il présente également des données médicales, historiques et culturelles. Le co-dodo en famille est recommandé ici comme un moyen de résoudre les problèmes au coucher ou pendant la nuit, cela crée un lien plus étroit avec la famille et donne aux enfants un plus grand sentiment de sécurité. Cela repose sur un concept d’éducation pratiqué à travers les âges et le monde.

Extrait de « The family bed : An age of old concept in child rearing » Avery Publishing Co.,1987

Un article traduit par Adeline pour oummi-materne.com
Article original « An Oversight of Our Culture »


[1] Bernal, Richard. « Why some babies don’t sleep » New Society, 28/2/1974

A lire :

7 raisons de dormir avec votre enfant
Avantages et fausses idées sur le cododo
Cododo : que dire des « mauvaises habitudes » ?

Justine

" L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour " A.S Neill

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.