Chargement...
  • Santé

    Le flux instinctif libre : ces femmes qui vivent sans protection hygiénique

    Lorsque j’ai parlé du flux instinctif libre sur ma page dernièrement, j’ai réalisé que la majorité des femmes ignoraient totalement cette méthode, mais qu’un réel intérêt pour le sujet était là. Notamment depuis qu’on a conscience d’à quel point les protections hygiéniques sont cracras. Nous avons envie de respecter nos corps avec des produits le plus possible naturels. Je me la pète comme ça, mais finalement ça ne fait pas des années non plus que je la connais. Je ne la mets pas en pratique, car déjà faudrait-il pouvoir éternuer sans se faire pipi dessus (haha), mais j’admire tellement ces femmes.

    J’avais envie de venir vous en dire plus et même vous apporter quelques témoignages du quotidien d’une femme pratiquant le flux instinctif libre. Concrètement, ce n’est pas à la télévision que vous en entendrez parler au travers des publicités puisqu’ici cette méthode fait un beau pied de nez aux industriels et leurs protections hygiéniques aux composants douteux. Mais allez, sans plus attendre je vous en dis plus !

    Le flux instinctif libre, c’est quoi au juste ?

    Le flux instinctif libre, appelé aussi « free flow instinct », consiste à n’utiliser aucune protection hygiénique pendant ses règles et à reprendre le contrôle de son corps en l’écoutant. L’écoulement du sang est contrôlé par la contraction du périnée. L’objectif est de gérer ses écoulements comme on gère une envie d’aller aux toilettes; apprendre à retenir le sang dans son corps pour ensuite aller le « vider », à la manière de l’urine. C’est 100% naturel donc et sans aucun danger ! C’est une question qui m’a été posée.

    Oui, oui c’est totalement possible et faisable d’ailleurs. L’écoulement n’est pas constant car l’endomètre se désagrège progressivement, il est possible de retenir ses écoulements.

    Quels sont les avantages et inconvénients du FIL ?

    Parmi les avantages :

    • C’est économique : eh oui, car elle est totalement gratuite. Rien à acheter !
    • C’est écologique : 0 déchet, produit chimique, perturbateur endocrinien et autres joyeusetés.
    • Notre santé nous remercie : aucun risque de choc toxique
    • Elle aide à muscler le périnée : si toi aussi ton périnée est en miettes, cette méthode semble aider ! Elle préviendrait même la descente d’organes.
    • Plus de prise de tête : terminé les « oh non… j’ai oublié d’acheter un paquet! » et ton homme qui revient avec des serviettes dignes des chutes du niagara post-partum.
    • Elle aide à connaitre son corps : vous allez enfin pouvoir vous reconnecter à votre corps et faire la paix avec lui. J’imagine à quel point on se sent libérée délivrée.
    • Aucune odeur : parmi les points négatifs des protections hygiéniques jetables, il y a le fait qu’elles génèrent des mauvaises odeurs. Le sang n’a pas d’odeur, c’est plutôt causé par la réaction chimique entre les composants et le sang.

    Parmi les inconvénients :

    • Un temps d’adaptation : le FIL peut parfois demander plusieurs mois d’adaptation.
    • Un accès aux toilettes parfois compliqué : nous n’avons pas toujours la possibilité d’aller aux toilettes aussi souvent qu’on le souhaiterait et parfois encore plus compliqué, absence de toilette dans les environs.
    • Petites fuites : il peut arriver d’avoir quelques petites fuites lors des éternuements (encore ces fichus éternuements!)

    Le FIL c’est pour toutes les femmes ?

    Selon la légende, le flux instinctif libre serait une méthode réservée aux flux peu abondants. Or plusieurs femmes ayant des règles très abondantes témoignent qu’il est tout à fait possible de le pratiquer. L’idée serait donc fausse, peut-être que cela demande plus de temps et de pratique, mais c’est faisable, ce qui est bon à savoir !

    La parole est à elles

    « Pour moi, cela a commencé naturellement après le retour de couche de mon 2ème enfant. Ça arrivait au travail où mes règles se déclenchaient de façon inattendue et où je ne pouvais pas me libérer facilement pour aller aux toilettes… je me suis rendu compte que je pouvais les retenir quelque temps et de plus en plus longtemps au fil du temps. Cela fonctionne bien pour des flux légers à moyens et c’est plus difficile pour des flux abondants. J’utilise tout de même des protèges slips pour d’éventuels traces. Je le fais naturellement et je ne fais pas d’exercices particuliers. » Aurélie

     

    « En gros je l’ai fait sans savoir que ça existait. Je le faisais car tête en l’air que je suis j’oubliais toujours mes protections et donc je retenais comme je pouvais mon flux au début. Et petit à petit je me suis aperçue que ça se passait bien ainsi. Et un jour j’ai lu un article et je me suis rendu compte que ce que je pratiquais depuis des années portait un nom. J’utilisais la cup aléatoirement par manque de confiance et quand je pensais à la prendre mais ça fait un bout de temps que je mets plus rien. Donc oui ça a été facile comme c’était par défaut. Au quotidien je le vis super bien. Je trouve que ça raccourcit le temps de règles. Et qu’elles sont moins abondantes. » Adeline

     

    « J’ai une endométriose donc des douleurs utérines très fréquente. Depuis ma grossesse et mon retour de couches (3 mois malgré l’allaitement) j’écoute mieux mon corps et depuis la rééducation du périnée je sens mieux et contrôle mieux mon périnée. Du coup la gestion des flux est venue sans que je m’en rende compte. J’utilise la cup et les serviettes hygiéniques lavables mais ces derniers temps je boude la cup (elle appuie sur la cicatrice de l’accouchement) et je me suis rendu compte qu’en 2/3 mois après l’arrêt de la cup, mes serviettes hygiéniques lavables sont propres et que quand je vais aux toilettes je saigne. Un peu comme l’urine, je retiens inconsciemment et je ne relâche qu’aux toilettes. » Drey

     

    « Pour ma part j’ai des petites douleurs avant que ça n’arrive. Ayant une peau hyper sensible, j’ai du mal à supporter les protections. J’écoute mon corps et quand le sang arrive j’ai des contractions utérines; de là je vais au WC plus souvent mais je me sens mieux dans mon corps. J’utilise des vêtements sombres pendant cette période au cas où il y ait un petit accident. La première journée c’est la plus compliquée, après c’est gérable. » Tchao

     

    « C’est naturel, l’utérus fonctionne comme la vessie. c’est exactement le même principe. Sauf que nous n’avons jamais appris à reconnaître ce signal, à écouter notre corps. Le sang ne coule pas en continu. L’utérus se remplit puis se vide etc… il a toujours fonctionné comme ça et fonctionnera toujours comme ça peu importe la protection utilisée. » Laura

    « Je le pratique depuis plus d’un an, et ça s’est fait tout naturellement après mon retour de couches. Je mets quand même des serviettes hygiéniques lavables car je n’ai pas forcément de wc à dispo quand il faut. Mais c’est vraiment royal ! Je n’ai pas du tout l’impression que cela soit contraignant; au contraire, j’ai le sentiment d’avoir retrouvé une certaine liberté à cette période de mon cycle. » Karott

     

    « Je pratique depuis 4-5 ans. En fait, je le faisais déjà sans le savoir en début et fin de cycle, parfois chez moi, la nuit … Mon avantage c’est que j’ai un flux très léger donc c’est forcément plus facile. J’ai l’impression de gérer de la même façon que les besoins naturels, on commence à avoir envie et on a une marge de manœuvre le temps d’aller aux toilettes, ça peut être de quelques minutes à peut-être 30-45min. Je n’ai quasi pas eu d’accident (fuite) sauf la nuit où je préfère finalement mettre un protège-slip (ce que je faisais précédemment). Pour y arriver, je trouve qu’il vaut mieux commencer le 1er jour des règles, sinon c’est plus dur de reprendre le fil. Le faire avec une protection n’est pas pleinement efficace selon les femmes avec qui j’en ai discuté sur un groupe dédié. Il s’agit d’être attentive aux signaux. Je ne ressens pas de contractions comme j’ai pu lire dans d’autres témoignages. Je sens simplement que le vagin est « plein ». Depuis 2 ans je subis des modifications du cycle et j’ai parfois un flux très fluide, c’est beaucoup plus difficile à gérer car ça coule très vite. Dès qu’on reprend les protections, on perd en quelque sorte la connexion. Ce n’est pas évident de jongler avec une protection. Mon conseil c’est d’essayer si les règles débutent sur un jour de repos calme, c’est l’idéal. Même des femmes avec des règles abondantes y arrivent. Après au quotidien, tout dépend de l’activité. C’est forcément plus aisé quand on bosse dans un bureau avec un accès aux toilettes illimité et qu’on s’habille comme on veut ! » Ellega

     

    « J’essaye de le faire tous les mois, j’avoue qu’on économise en serviettes hygiéniques. Il suffit simplement d’écouter son corps (et quelques douleurs pour certaines) et il vous dit que bientôt il y a du sang qui va sortir. Pour ma part ça me fait une contracture utérine et quelques minutes après ça sort. » Chanel

     » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
    ×
     » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
  • Encore un peu de lecture

    3 Comments

  • Reply Marine 20 décembre 2018 at 3 h 37 min

    Entièrement d’accord avec le fait que cette position n’est pas bonne si trop répétée. Elle peut aussi être vue sous un angle différent, ici elle est une cause mais elle peut aussi être un symptôme. Par exemple si mes muscles du dos sont faibles je vais me placer en W car je me tiens droit plus facilement et instaurer un cercle vicieux. La cause serait donc à aller chercher plus loin, par exemple un réflexe archaïque non intégré comme le RTL (réflexe tonique labyrinthique) ou le RTSC (réflexe tonique symétrique du cou), qui eux-mêmes sont souvent liés à un stress qui a empêché leur bonne mise en place.

  • Reply Elise Vernet 21 décembre 2018 at 8 h 48 min

    Si cette méthode correspond a certaine… tant mieux !
    Je me questionne sur le fait de devoir RETENIR, on retiens déjà ses émotions, ses pulsions, ses mots, ses gestes… alors mon sang, je le laisse couler.
    Pour ma part, j’utilise une petite éponge de mer (comme un tampon), elle me sert pendant 6 a 8 cycles.
    A chacune sa solution… merci pour cet article.

  • Reply Gwenaëlle Baudoux 4 janvier 2019 at 20 h 40 min

    Bonjour,
    Je pratique cette méthode de « continence des lunes », ou flux instinctif libre, depuis plusieurs années.
    Cela est arrivé naturellement lorsque j’ai voulu passer des tampons aux serviettes hygiéniques. Je ne sais pas pourquoi, j’avais besoin de sentir mon flux couler librement. Losque j’ai utilisé des serviettes, le sang ne coulait pas, il s’écoulait seulement lorsque j’allais aux toilettes.
    J’ai tout d’abord pensé que c’était une particularité personnelle, en me demandant même si ce n’était pas un problème… Mais vu la liberté que cela me procurait, je le suis laissée vivre cette expérience. Puis je suis tombée un jour sur un écrit qui parlait de cette méthode.
    Pour ma part, j’enseigne le qi gong, le taï chi chuan et le yoga, ce qui m’a sûrement permis d’avoir un périnée « réactif » et une bonne conscience du corps.
    Même si cela est arrivé naturellement pour moi, je pense que c’est une technique qui peut s’apprendre.
    Le simple fait de savoir que cela existe informe notre conscience et notre corps. Cela peut suffir ou être le point de départ d’une transformation. Lorsque ces deux là œuvrent ensemble (le corps et la conscience), ils ont tendance à faire des choses extraordinaires 🙂
    Avec les années, j’ai pris confiance, et je pratique toutes mes activités physiques sans protection hygiéniques. Y compris l’aïkido, la natation… J’ai même fini par ne plus porter ces protections dans les cours que je donne.

    Pour revenir sur le témoignage d’Elise, à propos de « se retenir » encore de quelque chose, j’entends très bien le questionnement.
    Mais nous posons-nous la question lorsqu’il s’agit d’uriner ou de déféquer ? L’écoulement du sang est aussi un écoulement naturel, et notre corps a la capacité de l’écouter et de le vivre à son rythme, naturellement. De la même façon que pour nos émotions. Nous les sentons naître, monter, et nous les laissons s’écouler quand elles sont prêtes à être versées au monde.
    Tout comme le cycle naturel de l’eau, à l’échelle de la Terre.

    Merci pour cet article, j’ai l’intime conviction qu’il est bon, pour notre plein épanouissement, que les femmes actuelles et les femmes à venir partagent librement la connaissance de leur corps et de leurs cycles, cycles de lunes ou autres cycles.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.