La violence éducative ordinaire : VEO

La violence éducative ordinaire : VEO

Il y a pas mal de temps déjà, je voulais vous parler d’un sujet sensible, mais aussi très important : la « Violence Éducative Ordinaire« , appelée aussi VEO. Vous allez me demander, qu’est-ce que la violence éducative ordinaire ? Hé bien, ce sont toutes ces violences physiques, psychologiques ou verbales utilisées sur les enfants, en faisant passer ces actions pour quelque chose de bien au nom de l’éducation. D’ailleurs, la fameuse phrase « c’est pour ton bien » doit vous dire quelque chose. 

Ce sont ces fessées, ces claques, ces tapes, ces chantages, ces jugements, ces punitions, ces dévalorisations, ces promesses non tenues, ces manipulations quotidiennes qui rendent cette violence « ordinaire ». Elle passe inaperçue puisque énormément de personnes y ont recours sans jamais la remettre en question. On se la transmet de génération en génération comme modèle éducatif par défaut, pensant que c’est la seule façon de faire, car pour se forger à la vie et pour obéir, il faut que l’enfant prennent des fessées, sinon comment craindra-il ses parents et, par défaut, les respectera ? Et après tout, comment faire autrement quand on n’a connu que ça ?

Il arrive même qu’on puisse trouver des adultes défendant les coups qu’ils ont reçu en trouvant toute sorte d’excuses, mais si réellement ces adultes n’avaient pas été marqués par les coups reçus, ils ne trouveraient pas normal ce traitement réservé aux enfants.Et si réellement les châtiments corporels étaient efficaces on devrait y avoir recours une seule fois, mais non, cette action ne cessera de se répéter car la violence en plus d’être humiliante est totalement inefficace. Il faut arriver à prendre conscience de cela et sortir du schéma familial et se rendre compte que NON ce n’est pas normal, NON ce n’est pas justifiable, NON il n’y a pas de bonne fessée, NON il n’y a pas de petite tape. Cette violence aura des conséquences néfastes notamment neurologiques, et de nombreuses études en ont démontré les dégâts, que ce soit en terme de santé, d’apprentissage ou de développement. De plus, les parents acceptant les châtiments corporels sont soumis à un risque d’escalade dans la violence, c’est-à-dire de commencer par une fessée, puis amplifier les coups par des secousses, des coups de pieds… Voilà comment cette petite frappe peut dégénérer en maltraitance. Saviez-vous qu’en France, 2 enfants par jour meurent sous les coups de leurs parents ? Ça fait froid dans le dos, nous sommes bien d’accord…

Certains parents ne savent pas qu’il existe des alternatives aux cris et aux châtiments corporels, qu’il est tout à fait possible d’éduquer un enfant sans avoir recours aux menaces. Voilà pourquoi il est important de proposer des alternatives bienveillantes et respectueuses de l’enfant pour qu’il puisse grandir sans accumuler ni rage ni colère, en ayant confiance en lui et en ses parents. Si vous prenez conscience de cela, c’est déjà fabuleux même si je sais, ce n’est pas évident de sortir de cette spirale infernal, mais vous y arriverez. C’est un travail à faire, qui est long mais la récompense est au bout, vous verrez!

75a0059302cd92ed358b5e700ca18490
Lire aussi :

J’ai été fessée et je vais bien
Non les bonnes fessées n’existent pas !
Dix raisons de ne pas frapper vos enfants
Pourquoi la VEO est-elle acceptée ?

N'oubliez pas de partager l'article sur vos réseaux sociaux , Merci !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email
Skype
Print
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Ne part pas si vite ! Un commentaire ?

×

Panier