Chargement...
  • Parentalité positive

    Apaiser l’adulte en colère : 10 pistes à explorer

    On parle souvent de la gestion des colères chez les tout-petits mais personne ne prend en considération notre propre colère d’adulte. De tout le self contrôle dont on doit faire preuve quelques fois pour éteindre notre propre tempête émotionnelle avant d’arriver à gérer celle de nos loulous…

    Voici mes 10 solutions pour arriver à gérer mes propres émotions :

    1. Prendre du temps pour soi, pour se retrouver en tant que personne à part entière. Pour recharger ses batteries et se reposer.
    2. Faire une activité défouloir (écrire, peindre, faire du yoga…) qui va drainer le trop plein de colère, ici la course-à-pieds dès que je peux, une ou deux fois par semaine je vais courir 1/2 heure à 1 heure. Voir même les jours où je suis complètement à cran, si mon mari est là, je chausse les baskets et je file m’évader un moment, juste assez pour retrouver ma bienveillance.
    3. Tenir un cahier de réussites, où l’on va noter toutes nos petites et grandes victoires, du gâteau qu’on a réussi seule à la journée où l’on n’a pas crié une seule fois en passant par ce rendez-vous important qu’il fallait à tout prix caler malgré la peur (dentiste…). Le but étant de l’avoir à porter de main pour recharger son estime de soi, c’est souvent le manque de confiance en nos capacités qui nous fait craquer.
    4. Exprimer ses émotions à nos enfants, par exemple ici pour la colère j’ai pris l’habitude de dire à mon grand quand je la sens monter, de cette façon: « Ethan je sens la colère qui monte là dans mon ventre (j’appuie mes paroles avec le geste), et si elle continue à monter elle va sortir par ma bouche et je vais me mettre à crier… Je sais que tu n’aimes pas quand je crie et moi je ne veux pas te crier dessus… » Au fil du temps, il a compris et désormais il arrête (la plupart du temps) avant et on pose le dialogue. Et puis le fait de verbaliser ses émotions à voix haute, permet de savoir où l’on en est dans notre corps et de se calmer plus efficacement.
    5. Se mettre à la place de l’enfant et se demander ce que nous aurions aimé entendre à leur place.
    6. Se poser la question suivante « Est-ce que j’en rigolerai plus tard? » Si oui, c’est peut-être qu’il ne faut pas dramatiser les choses et calmer le jeu avec douceur.
    7. Respirer doucement et profondément en partant du nez jusqu’au bas du ventre, recommencer plusieurs fois. Boire un verre d’eau ou bien même se brosser les cheveux, très efficace ici 🙂
    8. Se faire relayer quand c’est possible, sans culpabiliser! nounou, crèche, amis, famille… Souvent les proches n’osent pas demander et très souvent ils ne s’imaginent pas que nous avons besoin de souffler.
    9. Rendre souvent « visite » à son enfant intérieur, le prendre dans ses bras et le câliner, le regarder avec bienveillance et tendresse. Lui apporter ce dont il a manqué… Lui écrire une lettre si l’on n’arrive pas à se projeter.
    10. Et puis ne pas hésiter à aller voir un ou une psychologue pour se faire aider. Pour pouvoir enfin poser des mots sur ce qui nous pèse et nous empêche d’avancer vers le bien-être et la sérénité.

    Sorry! The Author has not filled his profile.
    ×
    Sorry! The Author has not filled his profile.
  • Encore un peu de lecture

    3 Comments

  • Reply Soigner la petite fille que j’ai été… - Oummi Materne - Les parents positifs 7 janvier 2018 at 19 h 04 min

    […] il y a certains comportements de mes enfants qui me font réagir d’une façon disproportionnée… Je me sens partir directement dans la colère ou l’irritabilité sans trop savoir […]

  • Reply Leur apprendre à réparer plutôt que sanctionner - Oummi Materne - Les parents positifs 11 janvier 2018 at 21 h 16 min

    […] Ma toute première pensée a été “Ahhhhhhh !!!!! Mais noooon !!!! C’est pas possible !!!!! Purée je vais péter un plomb !!!” Je me suis sentie devenir rouge de colère, j’ai analysé ce qui se passait en moi (colère, envie de lui hurler dessus, de l’éloigner physiquement …) et j’ai soufflé un gros coup avant de me calmer un peu. […]

  • Reply Lise 1 octobre 2018 at 13 h 23 min

    Merci pour cet article. On pense souvent à tort que l’adulte sait gérer sa colère vun qu’il a appris à la maîtriser. En vrai rien n’est moins sûr ! Mais au lieu daider cet adulte on le montre du doigt et on le juge….. S’il y avait pas ce tabou de la colère, je pense qu’il y aurait plus d’enfants heureux. Et je parle en connaissance de cause. Mon problème c’est celui là j’ai des difficultés à l’accepter. Quand je m’énerve je culpabilise tellement après que j’en faisuis dit fois trop, je m’épuise. Et une maman épuisée n’est pas une maman capable de bien faire les choses. J’en ai conscience et bien l’intention de me faire aider

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    FORMATION PARENTALITE POSITIVE

    ✅ Tu sauras quels outils utiliser pour l’accompagner et pour qu’il s’autodiscipline (entends par là : sans t'épuiser à crier, sans violences physiques ou verbales et sans punitions);

    ✅ Grâce à ces nouvelles pratiques, tu créeras un lien de confiance avec ton enfant. De celui-ci naîtra la coopération et le respect-mutuel;

    ➡️ Clique ci-dessous maintenant pour découvrir le programme d'accompagnement:
    FERMETURE IMMINENTE DES INSCRIPTIONS
    close-link