Grossesse après 50 ans : les risques

Enceinte Apres 50 Ans les risques

Les chances que conserve une femme de tomber enceinte de façon naturelle après 50 ans sont très minimes. Mais le progrès des techniques de procréation médicalement assistée permet de mener à terme de nombreuses grossesses tardives. Ce n'est pourtant pas sans risques pour la mère comme pour l'enfant.

Des risques pour la mère

Le premier risque d'une grossesse tardive, surtout chez les femmes de plus de 50 ans, est celui de la fausse couche. Les spécialistes estiment que, dans plus de 60 % des cas, une femme de plus de 50 ans peut faire une fausse couche.

Cette situation serait liée à un certain vieillissement des ovocytes, les cellules sexuelles de la femme, et à la fréquence relative de certaines pathologies touchant l'utérus.

Par ailleurs, l'hémorragie qui survient parfois au moment de la délivrance, et que les gynécologues-obstétriciens appellent l'hémorragie du post-partum, est beaucoup plus fréquente chez les femmes plus âgées.

En cas de grossesse tardive, les médecins ont plus souvent recours à des instruments obstétricaux pour mener l'accouchement à bien. Cette méthode peut entraîner des complications, tels qu'un risque de déchirure du sphincter anal ou des problèmes de rétention urinaire.

Dans ce cas, la rééducation, nécessaire après un accouchement dans ces conditions, sera plus longue pour une femme ayant dépassé la cinquantaine. Par ailleurs, le recours à la césarienne est plus souvent nécessaire à cet âge. Enfin, le travail durera souvent plus longtemps. Des problèmes de diabète ou d'hypertension artérielle peuvent également se produire.

Avec l'âge, la femme enceinte peut également être victime, au troisième trimestre de grossesse, de graves hémorragies. Ce problème de santé, appelé "placenta praevia", provient d'une mauvaise position du placenta.

Les progrès constants de l'obstétrique et du suivi prénatal n'ont cessé de faire reculer le taux de mortalité maternelle, estimé à environ 10 décès pour 100.000 naissances. Après 45 ans, cependant, ce chiffre est multiplié environ par trente.

Site consacré aux seniors, journaldesseniors.com donne de précieuses informations sur les grossesses tardives. Il rappelle que, de toute façon, les frais liés à une fécondation in vitro ne sont plus remboursés par l'Assurance maladie après 43 ans et qu'après 49 ans, il n'est en principe plus possible d'y recourir.

A lire aussi : Deuil périnatal : 8 façons de soutenir des amis endeuillés

Les risques pour l'enfant

Une grossesse tardive, à plus de 50 ans, peut également présenter des dangers pour le bébé. Il peut être atteint plus souvent de trisomie 21, une anomalie génétique congénitale. Cependant, un dépistage précoce de la trisomie 21 est possible. Si l'anomalie est repérée, la femme peut, si elle le désire, subir une interruption volontaire de grossesse.

De même, le risque de malformations congénitales chez l'enfant s'élève avec l'âge de la mère. C'est ainsi que, en cas de grossesse tardive, le nombre de bébés risquant de naître avec des problèmes cardiaques ou un pied bot est plus grand.

D'autres complications, consécutives à une grossesse tardive, peuvent encore altérer la santé de l'enfant. C'est le cas d'un éventuel retard de croissance in utero. Dans ce cas, le fœtus voit sa croissance anormalement ralentie. Les bébés naissant dans de telles conditions sont plus fragiles et plus sensibles aux infections.

De même, les risques de macrosomie fœtale sont plus souvent notés dans les grossesses tardives. Le bébé est alors trop gros, dépassant quatre kilos à terme. Cette situation, qui se traduit notamment par des difficultés d'engagement des épaules du bébé, peut rendre l'accouchement pénible. L'enfant peut en garder des séquelles.

Après 50 ans, le risque de donner naissance à un enfant prématuré s'accroît. Enfin, la probabilité de mettre au monde un enfant mort-né augmente de façon notable après 45 ans, plus encore après 50 ans.

A lire aussi : Cholestase gravidique : un mal de la grossesse méconnu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.