Comment réagir de façon bienveillante lorsque mon enfant me frappe ?

Comment réagir de façon bienveillante lorsque mon enfant me frappe ?

Voilà une situation que beaucoup de parents connaissent malheureusement, mais rassurez-vous cela est assez courent même si cela n’est pas un passage obligatoire. Mais comment réagir face à cette situation si déstabilisante : crier? Punir? Frapper en retour? Non, hors de question. Vivant cette situation délicate, je suis partie chercher des solutions afin de réagir de façon bienveillante.

Tout d’abord : comprendre !

Pour moi, il est important de comprendre pourquoi est-ce que mon enfant frappe, car cela peut être une clé vers la solution et ainsi pouvoir éviter ses gestes agressifs.

  • Aucune intention négative ne doit être accordée à ce type de comportements. La plupart du temps les enfants ne trouvent que ce moyen-là pour communiquer ou exprimer leur frustration, car il ne maîtrise pas ou peu les mots pour exprimer leurs émotions. D’ailleurs, il est prouvé que les comportements agressifs diminuent avec le développement du langage.
  • Selon l’age de l’enfant, ses gestes violents peuvent être une façon de tester ses parents.
  • Est-ce que votre enfant reçoit assez d’attention? Avez-vous pris assez de temps pour combler ses besoins affectifs?
  • Si votre enfant est témoin de disputes, de violence où que vous le frappez en retour, tout cela lui laissera croire que l’agressivité voir la violence sont des réactions totalement normales.
  • En essayant de faire face à un événement : grossesse, naissance, deuil, dispute, celui-ci peut se sentir plus fatigué ou irritable qu’habituellement.
Comment réagir ?

36759041

En tant que parent vous représentez pour votre enfant la sécurité il est donc vraiment important de ne pas baliser ses gestes agressifs et de réagir (bien sur, de façon bienveillante) en lui imposant des limites.

Première étape ⇒ Commencez par stopper le geste sans brutalité.

Deuxième étape ⇒ Exprimez calmement, mais fermement votre désaccord. Ne cédez pas à la colère même si dans certaine situation cela peut s’avérer difficile.

Troisième étape ⇒ Prenez une pause, soufflez tous les deux pour repartir du bon pied.

Quatrième étape ⇒ Donnez lui des outils pour s’exprimer. Par exemple : « à la place de ce geste, qu’est-ce que tu aurais pu faire? »

Cinquième étape ⇒ Félicitez votre enfant quand celui-ci arrive à gérer ses émotions de façon plus tendre, plus attentionné.

Sixième étape ⇒ Montrez l’exemple !

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour » A.S.Neill
Previous Post Next Post
5 shares