Le jour où j’ai décidé d’éduquer dans la bienveillance

Le jour où j’ai décidé d’éduquer dans la bienveillance

Le jour où j’ai décidé d’éduquer dans la bienveillance

Combien sommes-nous à avoir fait le choix d’une éducation à l’opposée de la majorité? A se justifier, expliquer et parfois douter de nos choix? Combien d’entre nous réfléchissent avant de parler à leurs enfants, respirent au lieu de crier, câlinent plutôt que de taper? Je fais partie de ceux qui ont choisi la bienveillance et pourtant avant d’avoir des enfants, je ne comprenais pas bien pourquoi on faisait tout un drame de la fessée…
Et puis il est arrivé dans nos vies et il a bousculé nos habitudes, chamboulé nos convictions et nos pensées toute faite…

Pour plonger dans le bain de l’éducation sans violence éducative, il m’a fallu un déclic, il a fallu que je dérape et franchisse la ligne rouge. Il a fallu une tape sur sa jambe nue, une tape parce qu’il m’avait mis un grand coup de pied dans le ventre alors que j’étais enceinte de 5 mois de son petit frère, une tape pas réfléchie, en automatique, un coup pour un coup, une tape absurde et injustifiable; qui a résonné dans mon coeur autant que sur sa cuisse et a fait couler ses larmes autant que les miennes.

Ma décision a été prise et j’ai – ce jour – refusé toutes sortes de violence dans notre maison. Pour me rappeler ce funeste jour, je me suis offerte un bracelet de perles noires pour me souvenir de la noirceur de mon geste et surtout ne pas oublier que la violence ne résout rien, c’est juste le serpent qui se mord la queue comme le fermoir de mon bracelet… Alors bien sûr on apprend et on recommence. On crie et on culpabilise, on les brusque un peu et on s’en veut alors on s’excuse et on explique. Après plus de deux ans d’oppositions, de refus, de colères et de difficultés qu’on traverse tant bien que mal, il n’est pas aisé de donner la bienveillance que l’on n’a pas reçue, de pardonner les « bêtises » qu’on nous a sanctionné. De câliner là où on a reçu des fessées, de chercher à comprendre là où nous avons été envoyé dans notre chambre…

IMG_20160719_225622

Alors oui, on se trompe et on craque, on se sent nul et faible mais c’est faux!!!

Nous avons juste choisi le chemin éducatif qui demande l’effort de se mettre à hauteur d’enfant, qui demande à remuer notre propre enfance et à trouver la force de toujours les élever sans user de la peur et de la soumission. Non ils ne seront pas des enfants rois, des tyrans pourris gâtés… Non, nous ne sommes pas des laxistes ou des parents qui lâchent leurs enfants, au contraire nous élevons nos enfants avec un cadre et des limites mais nous savons nous faire respecter sans user de jeux de pouvoir et ça c’est quelque chose de merveilleux et dont nous pouvons être fiers!

Mais ayez confiance, même si le chemin est long et semé d’embûches. Car nous allons en faire des adultes bien dans leurs baskets, posés, tolérants et aimants, tout ce dont ce monde a cruellement besoin…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.