L’abandon de la couche : une étape importante dans la vie de bébé

Bébé propre est un bébé heureux

La propreté, quelle étape. Obligatoire pour la rentrée en septembre sinon nos chers loulous seront refusés...Une pression pour les enfants, et pour les parents.

Que je n'aime pas ce terme de propreté. Un enfant n'est pas sale, il n'est pas encore continent, c'est différent.

J'entends beaucoup de copines s'inquiéter de ce passage difficile, ou pas. Il faut savoir, avant tout, que la propreté n'est pas un apprentissage. Cela résulte avant tout d'une maturité neurologique. Le cerveau doit avoir créé les connexions qui permettent à son système nerveux central de contrôler ses sphinctères. Cela se fait, en général, vers 28 mois. En général hein, ce n'est qu'une moyenne. Alors,comment faire, comment s'y prendre, voici ma petite expérience sur le sujet.

Ma nounou était beaucoup plus préoccupée par la propreté de ma princesse que moi, je ne vous le cache pas. Elle m'en parlait régulièrement. Je ne me suis jamais stressée avec ça. Elle a aujourd'hui 3 ans et est propre, youhou.

Nous ne sommes pas passés par les étapes de la laisser toute nue ou autre. En fait nous avons commencé à prendre des livres qui en parlaient vers l'âge de 2ans et demi. "Le ça" et "Qui a t'il dans ta couche". Elle les a très vite investis et a voulu enlever sa couche seule. Et là, ce fut le drame..... Le pipi avait trempé son pantalon, le sol et ses chaussons. Après avoir calmé la crise, on a dédramatisé la situation.

Quelques jours plus tard, on en a reparlé car elle voulait toujours enlever sa couche mais avait peur de "l'accident". De ce fait, on lui a proposé les culottes d'apprentissages, lui disant que si accident il y a, ce n'était pas grave du tout, et que ça ne mouillerait pas son pantalon. Elle avait toujours à disposition le pot ou le réhausseur, histoire de choisir ce qu'elle préférait. On lui demandait de temps en temps si elle voulait aller faire pipi, sans insister. Et un matin, c'est venu d'elle même. Elle a été aux toilettes, sans réhausseur, faire pipi "comme une grande". Comme ça, d'un coup. Nous sommes passés aux culottes (qu'elle avait choisi). Et il n' y a jamais eu un seul accident (même à la sieste, reste la couche la nuit uniquement).

Voilà, ça c'était le pipi. Pour le caca, ça a pris un peu plus de temps. Parce que pour eux, c'est lâcher un morceau de soi, et ça peut être vite anxiogène. Elle le faisait toujours dans la couche, au coucher. On a parlé de ce que c'était et de ce processus dans le corps humain, de l'endroit ou il allait après avoir tiré la chasse d'eau.... Et , un soir, elle l'a fait d'elle même dans les toilettes. Fière d'elle , fière de son "caca" .

Une expérience parmi tant d'autres. Ce qu'il est important de se dire, c'est qu'il ne faut pas se fixer là dessus et dramatiser cette étape . Tant que la maturité biologique n'est pas là, vous aurez beau le vouloir, l'enfant ne le fera pas... Non pas pour vous embêter, mais parce qu'il ne peut pas, tout simplement. La bienveillance passe aussi par le respect de son développement neurologique, par le respect de son intimité, et par le respect de sa personne, tout simplement.

Alors, on ne stresse pas, on relâche la pression, et on ne focalise pas la dessus pendant les vacances, mieux vaut profiter de ce beau soleil d'été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.