Chargement...
  • Santé

    10 signes que vous souffrez d’un burnout parental

    On en parle peu pourtant l’épuisement parental est une réalité. Ce n’est pas un passage obligatoire, mais de façon inattendue ça peut également venir nous percuter de plein fouet. Comme beaucoup j’ai idéalisé la maternité. Je voyais ça tout beau tout rose, sauf que la réalité m’a rattrapé. 

    Le burnout parental est une détresse psychologique apparaissant progressivement et sournoisement sur le long terme suite au stress et à l’épuisement. Les nuits trop courtes et/ou mouvementées, le manque de temps pour soi, les cris, les pleurs ou encore les demandes incessantes sont souvent les ingrédients de ce surmenage physique et psychologique.

    L’épuisement parental peut arriver dès la naissance comme bien plus tard. Parfois dès le premier enfant ou après plusieurs. Cela reste un sujet tabou. Comment exprimer avoir pensé, même un quart de seconde, faire du mal à son enfant ? Ou avoir déjà pensé faire ses valises pour partir, seule, le plus loin possible ? Eh non, vous n’êtes pas seule. Cette sensation d’être incompris, d’être jugé car nous devons tout assumer sans l’ouvrir ni se « plaindre ».

    6 phases du burnout parental

    1. Le parent idéal, la famille idéale
    2. Le surinvestissement ou perfectionnisme
    3. Le sacrifice de soi
    4. La frustration
    5. La perte d’énergie
    6. Le burnout

    Plus d’informations ici

    10 signes de burnout parental à connaitre

    Les symptômes varient d’un parent à l’autre, mais tous ont en commun :

    1. perfectionnisme

    Les parents à risque de burnout ont soif de perfection dans tous les aspects de la vie de leurs enfants: école, sports, loisirs, amitiés et même santé. Un désir qui ne correspond pas à la réalité.

    2. Ne pas être conscient du niveau de stress

    Le parent à risque peut ne pas être conscient de son propre niveau de stress et c’est souvent son entourage, ou d’autres membres de la famille, qui s’aperçoit qu’il y a un problème.

    3. Sentiments d’ambivalence

    La psychiatre Barbara Almond, auteure de Monster Within: La face cachée de la maternité , écrit que l’ambivalence maternelle est « un mélange de sentiments d’amour et de haine que toutes les mères éprouvent envers leurs enfants et de l’angoisse, de la honte et de la culpabilité engendrés par les sentiments négatifs. »

    4. épuisement physique

    Les parents peuvent se sentir écrasés par la fatigue ou l’épuisement chroniques, ce qui ne disparaît pas avec le repos.

    5. Se sentir dépassé

    Se sentir constamment submergé est l’un des symptômes les plus courants de l’épuisement et le simple fait d’exécuter ses tâches quotidiennes peut constituer un défi.

    6. Problèmes de sommeil

    Malgré une fatigue extrême, beaucoup de personnes souffrant d’épuisement parental peuvent trouver qu’il est difficile (voire impossible) de dormir.

    7. Humeur maussade

    Les symptômes typiques de la mauvaise humeur incluent une faible estime de soi, des inquiétudes et des sentiments de frustration ou de tristesse.

    8. Perte de libido

    Une diminution de la libido ou un manque d’intérêt persistant pour le sexe peuvent être un effet secondaire du stress associé à l’épuisement.

    9. Isolement

    L’épuisement peut permettre à la personne d’éviter les contacts sociaux, les activités normales ou de s’isoler de sa famille et de ses amis.

    10. Gain ou perte de poids significative

    Les fluctuations dramatiques – augmentations ou diminutions – de poids sont un indicateur commun que quelque chose ne va pas.

    Si ces signes semblent vous correspondre, si vous doutez même en souffrir dans tous les cas parlez-en à un professionnel ! Faites-vous aider. Prenez soin de vous.

     » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
    ×
     » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
  • Encore un peu de lecture

    1 Comment

  • Reply Medespoir 17 septembre 2019 at 16 h 10 min

    Cet article est très orignal, bonne continuation 🙂

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.