Parentalité positive

Pourquoi devons-nous remplacer « Tu vas » par « Tu risques » ?

« Tu vas… » : voilà un début de phrase qui fait partie du vocabulaire de tout parent. On se surprend à répéter inlassablement à nos enfants : « Attention, tu vas tomber ! » , « Tu vas tout renverser », « Descends, tu vas te faire mal »… Pourtant, avez-vous remarqué que dans la majorité des cas, l’enfant ne tombe pas ou ne renverse pas la carafe d’eau ? Mais si celui-ci a le malheur de tomber ou d’inonder la table, alors l’adulte s’empresse de lui dire : « Hé ben voilà, je te l’avais bien dit ! ». 

D’ailleurs, et si nous évitons cette phrase qui tue l’estime et accable d’avantage l’enfant ? Son échec sera bien suffisant comme « punition« , il est donc inutile d’en rajouter une couche.

N’existe-t-il pas une façon un peu plus positive d’exprimer nos craintes de parent en les conciliant avec l’envie de faire de nos enfants ? Nos automatismes ne nous font-ils pas remarqué que, finalement, ils peuvent être de mauvais réflexes, et qu’en remplaçant un mot, une phrase, nous permettrions à nos enfants de gagner en confiance en soi, de prendre plus d’initiatives et gagner petit à petit une attitude sécuritaire.

Tu vas ….

Comme je le disais, « tu vas » fait partie d’un automatisme que nous avons tous, quand nous voyons notre enfant oser une nouvelle expérience ; notre peur prend le dessus et nous nous empressons de le mettre en garde un peu maladroitement.

Mais alors, qu’est-ce qui ne va pas dans cette expression?

  • C’est une formulation négative. De plus, avant un certain âge, elle ne peut être comprise.
  • Elle pousse l’enfant à l’échec en lui envoyant une image négative à l’esprit.
  • Elle réduit considérablement l’estime de soi de l’enfant.
  • L’adulte se place en devin. « Tu vas » renvoie au futur.

Tu risques …

La différence à l’écrit n’est pas énorme et pourtant elle fait toute la différence auprès de votre enfant, voici pourquoi.

  • C’est une formulation qui se veut neutre
  • Elle laisse à l’enfant la possibilité de gérer la situation et de choisir, puisque le parent ne le juge pas ou ne l’assomme pas avec un avertissement.
  • Elle donne confiance à l’enfant puisque le parent montre qu’il a confiance
  • Elle aide l’enfant à a adopter une attitude sécuritaire, c’est-à-dire qu’il saura comment agir face à un danger quand papa-maman ne seront pas à côté pour lui dire comment agir face à cela.

Et si l’enfant réplique par un « mais nooooon »

Répondez lui simplement que vous lui faites confiance mais que vous avez peur qu’il se fasse mal. Cela ne vous empêche pas de lui proposer votre aide tout en respectant ses besoins, par exemple : « Si tu as besoin, je suis à côté de toi, je peux te tenir la main. » Vous lui montrez ainsi que vous restez près de lui, prête à agir s’il se fait mal.

Plusieurs fois, je vous ai parlé du cerveau de l’enfant, et notamment son fonctionnement par images. En utilisant une formulation positive, elle aura encore plus d’impact sur votre enfant, par exemple : « Tu vas tomber » on le remplace par « accroche-toi, prend appui… »

 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill
×
 » L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour  » A.S Neill

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TOI AUSSI TU VEUX ARRONDIR TES FIN DE MOIS ? ALORS FAIT COMME MOI ! 
EN SAVOIR PLUS
close-image