Chargement...
  • Actualité

    [Etude] Meilleurs taux d’allaitement lorsque les mamans sont payées

    L’allaitement est un dur labeur, mais peut-on payer une femme pour ça? Certains chercheurs le pensent!

    Le lait humain est la nourriture idéale pour les nourrissons en offrant une nutrition sur mesure et une protection supérieure face aux maladies. Il y a des milliers d’études illustrant que les bébés allaités sont en meilleure sante que les bébés nourris au lait en poudre.

    En fait, Kaiser Permanente a conduit une étude aux USA sur les coûts du non allaitement. L’étude en conclut que, en moyenne, une famille dépenserait 1435 dollars de plus en soins médicaux pour un bébé non allaité depuis la naissance.

    Une autre étude en 2010 a conclu que si 90% des familles américaines se pliaient à la recommandation de l’allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois, les USA économiseraient 13 milliards de dollars en assurance santé chaque année.

    Malgré ces faits, les taux d’allaitement restent assez bas à travers le monde. Seulement 37% des bébés de moins de 6 mois sont allaités exclusivement dans les pays à revenus faibles et intermédiaires , le taux étant encore plus bas dans les pays développés.

    Les chercheurs de l’Université de Sheffield et de l’Université de Dundee au Royaume-Uni ont essayé un nouveau programme visant à augmenter le aux d’allaitement en Grande Bretagne, taux parmi les plus bas du monde développé. L’étude financée par The National Prevention Research Initiative et Public Health England offre à plus de 10000 mères jusqu’à 250 dollars de bons dans les épiceries si leurs bébés reçoivent du lait maternel.

    Les chercheurs ont choisi 92 zones où le taux d’allaitement était inférieur à 40% à 6 et 8 semaines après l’accouchement. Ils ont sélectionné au hasard 46 régions pour offrir des justificatifs à 5398 femmes. Les femmes ont été informées de ces incitatifs par leurs fournisseurs de soins de santé. Les 4612 femmes restantes dans les 46 autres zones ne se sont pas vues offrir de bons.

    Les mères pouvaient prétendre à des bons d’achat d’une valeur de 50 dollars si elles allaitaient leurs bébés quand ils étaient âgés de deux jours, dix jours, de six à huit semaines, trois mois et six mois, sans se soucier de savoir s’ils étaient complémentés par du lait maternisé ou de la nourriture.

    L’étude a démontré que les femmes qui se sont vus offrir des bons de shopping présentaient des taux d’allaitement supérieurs de 6% à 6-8 semaines que les femmes qui n’en avaient pas eu.

    Cependant, l’étude a plusieurs limites à l’étude, notamment le fait qu’il n’existe aucun moyen de confirmer si oui ou non toutes les mères qui ont déclaré allaiter le faisaient réellement.

    Andrew Whitelaw, professeur émérite de médecine néonatale à l’Université de Bristol, a déclaré : «Le plan d’essai ne pouvait éviter la possibilité qu’une mère économiquement démunie soit tentée de rapporter qu’elle allaitait (quand elle ne le faisait pas) pour recevoir 200 livres récompense.

    “Cette étude vaut le coup d’être publiée parce qu’elle met en lumière les difficultés lors de la recherche de ce problème mais n’est pas une justification pour la mise en place d’une politique économique générale visant à récompenser les mères qui indiquent allaiter dans les endroits où l’allaitement est bas.”

    Le Royal College of Midwives a déclaré qu’il était “intéressé par l’étude” mais a averti que le motif de l’allaitement maternel ne devrait pas provenir d’intérêts financiers.

  • Notre sélection