Votre enfant s’éveille : comment gérer la colère et éviter les conflits ?

Une mère retenant une fille pleurante d’enfant en bas âge à l’intérieur dans la cuisine

Les progrès les plus importants - la propreté, le langage, la marche sont acquis pendant cette période. Certains parents inquiets estiment que leur enfant ne progresse pas assez vite par rapport aux autres enfants. Il est inutile de le pousser ou de vous tracasser, chaque enfant a sa personnalité propre et progresse suivant son rythme. Quand faut-il commencer l'apprentissage de la propreté et comment procéder ? Telles sont les questions que se posent bien des mères. Il est impossible d'obtenir d'un enfant qu'il devienne propre s'il n'est pas prêt, cela exige une maîtrise physique ainsi que la compréhension de ce qu'on lui demande. La plupart des enfants ne sont pas prêts avant l'âge de 18 mois ou 2 ans. Attendez que votre enfant montre des signes de gêne lorsque sa couche est souillée, et proposez-lui le pot à ce moment-là. Considérez que le bien-être de l'enfant est plus important que ses performances, ne soyez pas trop impatiente.

Une mère retenant une fille pleurante d’enfant en bas âge à l’intérieur dans la cuisine
© istock

La sécurité est toujours une source d'inquiétude car ce petit bout de chou est très remuant et copie tout ce qu'il vous voit faire. Les précautions élémentaires doivent être maintenues, bien que votre enfant commence à se rendre compte, par exemple, que les marches sont hautes et qu'un couteau coupe. Si vous placez tous les objets dangereux hors de sa portée, il ne va pas comprendre pourquoi ils sont dangereux et risquera de se faire mal s'il est mis en leur présence dans d'autres circonstances.

Évitez les conflits

Le comportement de votre enfant exige toute votre attention. Il va peut-être décider qu'il ne veut pas se promener dans sa poussette, mais qu'il préfère marcher. Un quart d'heure plus tard il sera fatigué et voudra que vous le preniez dans vos bras. Il a besoin de fermeté : c'est à vous de décider ; laissez-le cependant prendre parfois de petites initiatives.

Il est préférable d'éviter le conflit en anticipant. Si vous le voyez se diriger vers le réfrigérateur alors que vous lui avez interdit de l'ouvrir, n'attendez pas qu'il atteigne la porte ; essayez de détourner son attention. Un ordre direct comme

« Range tes affaires ! » n'aura pas beaucoup d'impact, alors que « Voyons qui met le plus de cubes dans la boîte » l'incitera à coopérer.

Les colères

Le tout petit enfant est incapable de se projeter dans le futur et veut tout au moment même. Lui dire « attends cinq minutes » équivaut à lui dire « non ». A la fin de la journée, ce genre de frustration peut provoquer une colère. Le mieux est de l'ignorer complètement ; lorsqu'il se calmera, faites-lui un câlin. Certains enfants poussent à l'extrême ce comportement en retenant leur souffle jusqu'à devenir rouge tomate, puis bleu (cyanosé), allant même jusqu'à une brève perte de connaissance appelée spasme du sanglot.

C'est très inquiétant pour les parents, mais il suffit souvent de lui donner une petite claque ou de le secouer pour qu'il reprenne sa respiration. Comportez-vous simplement, et essayez de distraire votre enfant. Surtout, ne modifiez pas vos habitudes.

L'agressivité et la timidité

L'agressivité de certains enfants vient du fait qu'ils sont extravertis et pleins de malice. C'est souvent pour attirer votre attention qu'il tire les cheveux d'un camarade ou le renverse ; d'ailleurs il jette un coup d'œil dans votre direction pour voir votre réaction. Si votre enfant se conduit ainsi, ne lui donnez pas de fessée ou de claque qui lui apprendrait simplement à faire la même chose aux autres.

Soyez ferme mais douce, et expliquez-lui que vous n'êtes pas prête à accepter ce genre de comportement.

L'enfant timide, lui, ne veut pas se mêler aux autres et paraît avoir peur à chaque rencontre. Vous ne pouvez pas le forcer à être sociable mais vous pouvez l'habituer progressivement à la présence d'autres personnes.

L'introduction de la discipline

Les parents se demandent souvent comment introduire la discipline et jusqu'où doit aller leur fermeté. Quelques-uns pensent qu'il faut absolument que l'enfant apprenne déjà à bien se conduire, d'autres estiment qu'il est trop jeune.

Père gronde son fils. Concept de parentalité, d’éducation et de questions sociales. Illustration de dessin animé
© istock

Aucune de ces attitudes n'est en fait réellement appropriée. Il faut un minimum de discipline. L'enfant vous aime et cherche à vous faire plaisir. La fermeté l'encouragera à se conduire de façon à obtenir votre approbation, à prendre des décisions par lui-même.

Apprendre la discipline à votre enfant ne signifie pas le punir seulement quand vous en avez assez et que vous voulez avoir la paix, mais consiste à lui expliquer chaque fois calmement ce qui n'est pas acceptable et pourquoi. Une petite tape au moment même ne lui fera pas de mal et sera vite oubliée.

C'est mieux, par exemple, que de le priver de dessert ou de le coucher plus tôt car il risque d'avoir alors complètement oublié la raison de cette punition. Par contre, il faut se souvenir que plus les réprimandes sont rares, meilleure est leur efficacité.

Votre enfant explore tout à cet âge ; il ouvre les placards, tourne les poignées, etc. Essayez de ne pas tout lui interdire, sinon la vie deviendra infernale. Lorsque vous lui dites «non», restez très ferme. Parfois laissez-le faire une expérience un peu douloureuse (mais sans risque) afin qu'il comprenne la notion du danger.

Comment le préparer à l'arrivée d'un nouveau bébé ?

Beaucoup d'enfants entre 18 mois et 3 ans sont confrontés à l'arrivée d'un nouveau bébé dans la famille.

Certaines réactions de jalousie et d'animosité peuvent être évitées si vous faites participer l'enfant aux préparatifs (de la chambre et des vêtements du bébé, par exemple) et si vous l'habituez à l'idée du nouveau venu. Les premières semaines

  • Soyez attentive ; ne le laissez pas seul avec le nourrisson, il n'a pas conscience de sa fragilité.
  • Les repas et les visites peuvent poser quelques problèmes ; essayez de le faire participer ou prévoyez des jeux pour l'occuper.
  • Il va peut-être régresser sur certains points : redemander son biberon par exemple. Ne soyez pas tentée de l'en dissuader, ce comportement cessera rapidement. Ne lui faites jamais honte de ses attitudes.
  • Il a parfois besoin de rester seul avec vous, le temps de lire une histoire ou de faire un câlin lorsque le bébé dort. Consacrez-lui du temps dans la journée afin qu'il ne se sente pas exclu de vos préoccupations.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.