Nouvelles recommandations pour l’ACOG en faveur du clampage tardif du cordon !

Nouvelles recommandations pour l'ACOG en faveur du clampage tardif du cordon !

L’ACOG vient de publier la mise à jour de ses recommandations sur le clampage du cordon; il préconise de retarder la section du cordon ombilical jusqu’à une minute après la naissance.

Vous allez accoucher? Les nouvelles recommandations aux médecins les invitent à attendre avant de couper le cordon ombilical, ce qui est une bonne nouvelle pour votre bébé.

Papa, ne vous inquiétez pas, vous pourrez toujours le couper !

Le Collège américain de gynécologie obstétrique (ACOG) vient de publier la mise à jour de ses recommandations concernant le clampage du cordon; un cadeau pour les fêtes de fin d’année en quelque sorte.

La recommandation en la matière est de retarder le clampage et la section du cordon ombilical à une minute après la naissance, au lieu de le faire immédiatement après le dégagement comme il est actuellement d’usage.
Cela peut sembler ne pas faire une grande différence d’attendre une minute, mais une importante quantité de sang riche en oxygène contenu dans le cordon ombilical peut être transmis au bébé pendant ce laps de temps, donnant ainsi un véritable coup de fouet au bébé pour ses premières respirations de vie.

Dans l’utérus, le bébé ne respire pas, tout l’oxygène lui provient de celui contenu dans le sang par le cordon ombilical. Ses poumons sont donc remplis de liquide amniotique. A la naissance, certaines valves cardiaques se rapprochent et d’autres phénomènes se produisent dans son corps pour permettre au nouveau né d’engager sa respiration pour avoir de l’oxygène. L’oxygène supplémentaire contenu dans le sang du cordon aide à cette transition.

La pratique du clampage immédiat a commencé dans les années 1950 et 1960 et est fondée sur l’idée que cela réduirait la quantité d’antidouleurs transmise au bébé. Auparavant, la pratique courante était d’attendre l’arrêt des pulsations du cordon avant de le clamper.

Depuis lors, mais même déjà avant ce changement, les obstétriciens et les sages-femmes ainsi que les autres membres du corps médical avaient remarqué que la section immédiate du cordon avait une incidence sur les nouveau-nés; ceux-ci étaient plus faibles et présentaient un risque accru d’anémie ferriprive.

Il y avait une hypothèse selon laquelle attendre pour couper le cordon pouvait accroître le risque d’hémorragie chez la mère, mais cette hypothèse a depuis longtemps été évincée. Il continue cependant a y avoir débat sur l’augmentation du risque de développement de la jaunisse en cas de retardement du clampage du cordon mais cette probabilité est déjà très forte chez les nouveau-nés et les recherches au cours des dernières années ont montré que les bénéfices d’un retardement l’emportent de loin sur ce risque latent.

Les avantages prouvés du retardement de la section du cordon jusqu’à 5 minutes après le dégagement sont:

  • La réduction du risque d’anémie ferriprive
  • La réduction du risque de transfusion sanguine
  • L’augmentation du volume sanguin
  • L’augmentation du développement neurologique

Alors, une minute, est-ce suffisant? Environ 80 ml du sang du placenta est transféré au bébé au cours de la première minute de vie, alors que 115 ml sur un total de 200 ml est transféré après 3 minutes. L’OMS recommande de retarder le clampage du cordon de 1 à 3 minutes. Cependant, l’ACOG s’appuie sur le fait que la plus grande quantité de sang est transférée au cours de la première minute de vie.

Au vu des recherches menées, cette nouvelle recommandation ouvre la voie aux corps médical pour leur permettre d’attendre plus longtemps avant de clamper le cordon si la mère le souhaite; sauf en cas de détresse respiratoire du nouveau-né ou en cas d’urgence. Dans ces cas là le clampage immédiat continuera d’être pratiqué.

Mais même pour ces exceptions, les mères et leurs bébés pourront toujours profiter du peau-à-peau, du bain tardif, de la tétée de bienvenue pendant l’Heure d’Or, tout comme toutes les autres pratiques naturelles d’accouchement qui connaissent une résurgence et qui reviennent à la mode dans le monde obstétrique.

Une traduction des recommandations du collège américain de gynécologie-obstétrique par Fabienne, membre de l’équipe oummi-materne.com

Crédit photo: blog.sfgate.com

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour »A.S.Neill
Previous Post Next Post
22 shares
Inline
Nous rejoindre sur FacebookTwitter @oummimaterne
Inline
Nous rejoindre sur FacebookTwitter @oummimaterne