Faire croire au Père Noël ? Ma longue réflexion sur le sujet

Faire croire au Père Noël ? Ma longue réflexion sur le sujet

Ma réflexion sur le sujet a commencé il y a environ deux ans, soit au premier Noël de mon aîné. Notre entourage commençait beaucoup à lui parler du Père Noël, qu’il allait lui apporter ses cadeaux, et moi je restais là, je me demandais quelle devait être ma position vis-à-vis de cela : faut-il faire croire aux enfants l’existence du Père Noël? Faut-il les laisser croire? Dois-je leur imposer ma vision d’adulte? 

Mais cette année, désormais, tout est clair dans mon esprit, je ne leur ferai pas croire au Père Noël et je vais vous dire pourquoi et répondre aux quelques questions qui suivent très souvent ce choix.

Mais avant cela, je tiens à clarifier la situation… Je parle bien de MA réflexion ! Je ne prétends pas détenir la vérité et ce n’est pas une croisade anti papa nöyel, ni même anti personnes qui pensent différemment, comme toujours, chacun ses choix et je respecte cela.

Tout de suite on pense : “Mais alors… la magie de Noël dans tout ça?!” ou “Tu ne veux pas le faire rêver?!” 

Mes enfants savent..

→ que les cadeaux sous la sapin viendront des gens qui les aiment : papa, maman, la famille mais pas d’un homme en rouge volant dans le ciel avec un traîneau et des rennes. De plus, les enfants sont très heureux de recevoir ces présents, témoignages d’affection pour eux.

→ que le Père Noël existe, mais seulement dans les contes, les belles histoires ou les légendes. Il est important dans le décorum de la fête, mais il n’existe pas réellement. Un peu comme les elfes ou les lutins qui sont de merveilleux personnages.

→ qu’on doit respecter les souhaits et volontés de chacun car certains enfants croient au père noël, et ça les rend heureux. Toutes les familles ne partagent pas nos croyances et nous devons respecter cela.

Je précise que si l’un de mes enfants, de son libre arbitre, décide de croire au père Noël, je n’imposerai pas ma vision d’adulte : “Non, n’y crois pas, il n’existe pas!”. Par contre, si mon enfant me questionne à son sujet, il ne sera pas question de lui mentir.

Combien d’adultes se rappellent ce sentiment de trahison et de déception qu’ils ont ressenti lorsqu’ils ont appris que leurs parents avaient menti au sujet du Père Noël ? Oui, d’autres adultes l’ont bien vécu, mais je préfère éviter ce problème. Développer la confiance que nos enfants nous portent est une chose primordiale, notamment pour leur construction personnelle. Nous ne souhaitons pas les tromper ni abuser de leur crédulité.

Et la magie de Noël alors? 

Selon moi, la magie de Noël ne se limite pas à ce personnage, qui plus est assez récent car il n’existe que depuis la fin du 19ème siècle. Pour moi la magie de Noël c’est tellement plus que cela ! C’est… l’odeur du sapin, le partage, de merveilleux moments où toute la famille est réunie, s’émerveiller devant les premières neiges, devant ces belles illuminations, décorer le sapin en y accrochant les jolies décorations que nous avons fabriquées en famille,  faire plaisir…

Voilà, pour moi, la magie de Noël c’est ça ! Elle est dans notre cœur !

Et l’imagination dans tout ça ?

Je ne peux m’empêcher de citer Maria Montessori, qui disait :

“Nous croyons pourtant développer beaucoup l’imagination de l’enfant en lui donnant à croire comme vrai des choses fantastiques ; ainsi, par exemple, Noël est personnifié dans certains pays latins par une vilaine femme, la Befana, qui voit à travers les murs, descend par les cheminées et porte des jouets aux enfants qui ont été sages, tandis qu’elle laisse du charbon à ceux qui ont été méchants. Dans les pays anglo-saxons, au contraire, Noël est un vieillard caduc, couvert de neige, qui porte les jouets aux enfants, en entrant réellement la nuit dans leur maison. Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l’imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux : ils croient, ils n’imaginent pas. La crédulité est, en effet, une caractéristique des esprits non évolués auxquels manquent l’expérience et la connaissance des choses réelles. […] “

Étiquettes : ,

Related Posts

by

« L’espoir qui reste à l’humanité, c’est qu’un jour les parents puissent vraiment agir dans l’intérêt des enfants, qu’ils deviennent assez conscients pour être du côté de l’enfant et pour l’aider à se développer dans la liberté, l’intelligence et l’amour »

A.S.Neill

Previous Post Next Post
0 shares
S'inscrire à la newsletter (Formation Montessori, Parentalité positive et nos bon plans ...)
S'inscrire
Dejà 50 000 incrits