[Etude] ocytocine synthétique, un facteur à la depression post-partum

[Etude] ocytocine synthétique, un facteur à la depression post-partum

Contexte

En raison de ses puissants effets sur le comportement social, y compris le comportement maternel, l’ocytocine a été identifiée comme un facteur potentiel de la dépression post-partum et de l’anxiété. L’objectif de cette étude était d’examiner la relation entre l’administration d’ocytocine synthétique peripartum et le développement de troubles dépressifs et anxieux dans la première année post-partum. Nous avons supposé que les femmes exposées peripartum à l’ocytocine synthétique auraient un risque réduit de dépression post-partum et troubles anxieux par rapport à ceux sans aucune exposition

Méthodes:

Les données démographiques disponibles par la Massachusetts Integrated Clinical Academic Research Database (MiCARD)  ont été utilisées rétrospectivement (2005-2014) examiner cette relation et calculer le risque relatif de l’ocytocine synthétique peripartum pour le développement de la dépression post-partum et les troubles anxieux chez les sujets exposés (n = 9,684) par rapport au non-impressionnées (n = 37048) les livraisons.

Résultats:

Parmi les accouchements de femmes ayant des antécédents de dépression avant la grossesse ou d’un trouble de l’anxiété, l’exposition peripartum à l’ocytocine augmente le risque de dépression post-partum ou le trouble d’anxiété de 36% (risque relatif (RR): 1,36; intervalle de confiance à 95% (IC à 95%): 1,20 -1.55). Dans les accouchements de femmes sans antécédents de dépression avant la grossesse ou d’un trouble de l’anxiété, l’exposition peripartum à l’ocytocine augmente le risque de dépression post-partum ou le trouble d’anxiété de 32% par rapport à ceux non exposés (RR: 1,32; IC à 95%: 1,23 à 1,42).

Conclusions:

Contrairement à notre hypothèse, les résultats indiquent que les femmes avec une exposition périnatale à l’ocytocine synthétique ont un risque relatif plus élevé de recevoir un diagnostic d’une dépression ou d’un trouble de l’anxiété et/ou la prescription d’antidépresseur/anxiolytique dans la première année post-partum par rapport aux femmes non exposées à l’ocytocine synthétique.

Source de l’étude

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour »A.S.Neill
Previous Post Next Post
95 shares
AVRIL 2017
FORMATION MONTESSORI
FORMATION 100% EN LIGNE 
RECEVOIR LA DOCUMENTATION QUELQUES JOURS AVANT L'OUVERTURE
S'INSCRIRE