10 raisons de ne pas frapper vos enfants

ob_c49b16_slogan-pourquoi

Dix raisons de ne pas frapper vos enfants

Par Jan Hunt

Dans 37 pays à travers le monde il est illégal pour un parent, un enseignant ou quelqu’un d’autre de donner une fessée à un enfant. 113 pays interdisent les châtiments corporels dans les écoles. Pourtant, dans toute l’Amérique du Nord, la punition physique donnée par un parent n’est pas quelque chose de grave, elle est d’ailleurs tolérée et même encouragé en la considérant comme nécessaire dans l’éducation d’un enfant.  Depuis plusieurs années, de nombreux psychiatres, chercheurs en sociologie et parents ont demandé de réfléchir sur l’interdiction des châtiments corporels sur les enfants. Selon le Dr Peter Newell, coordinateur de l’association EPOCH la raison principale est que « toutes les personnes ont le droit à la protection de leur intégrité physique, et les enfants sont aussi des personnes. »


La première → Frapper les enfants leur apprend à devenir frappeurs eux-mêmes. Les résultats de recherches approfondies sont maintenant disponibles pour soutenir une corrélation directe entre les châtiments corporels dans l’enfance et le comportement agressif ou violent à l’adolescence ou adulte. La quasi-totalité des criminels les plus dangereux ont été régulièrement menacés et punis dans l’enfance. C’est dans la nature des choses que les enfants apprennent les attitudes et les comportements à travers l’observation et l’imitation des actions de leurs parents (bien ou mal). Ainsi, il est de la responsabilité des parents de donner l’exemple.

La deuxième → Dans de nombreux cas de soi-disant «mauvais comportement», l’enfant répond simplement de la seule manière qu’il peut compte tenu de son âge et de son expérience pour signaler la négligence de ses besoins. Parmi ces besoins : un bon sommeil, une nutrition correcte, le traitement d’allergies cachées, l’air frais, faire de l’exercice et une liberté suffisante pour explorer le monde autour de lui. Mais son plus grand besoin est l’attention de ses parents. Malheureusement c’est souvent les enfants qui font les frais de parents trop occupés ou distraits par leurs propres problèmes et souffrent ainsi d’un manque d’attention et ne reçoivent pas suffisamment de temps. Il est sûrement faux et injuste de punir un enfant qui répond d’une manière naturelle à des besoins importants négligés. Pour cette raison, la punition n’est pas seulement inefficace dans le long terme, elle est également clairement injuste.

La troisième → Le châtiment corporel  empêche l’enfant d’apprendre à résoudre les conflits de manière efficace et humaine. Comme l’éducateur John Holt a écrit: «Lorsque nous faisons peur à un enfant, nous l’arrêtons net dans l’élan de son apprentissage. » Un enfant puni devient préoccupé par des sentiments de colère et de vengeance, il est donc privé de la possibilité d’apprendre des méthodes plus efficaces pour résoudre les problèmes auxquels il fait face. Ainsi, un enfant puni apprend peu de choses sur la façon de traiter ou de prévenir des situations semblables à l’avenir.

La quatrième → les châtiments corporels interfèrent dans la relation parent-enfant, car il est dans la nature humaine de ne pas éprouver de l’affection envers quelqu’un qui nous fait du mal. Le véritable esprit de coopération que tous les parents désirs, ne peut se développer qu’à travers un lien fort basé sur des sentiments mutuels d’amour et de respect. Le châtiment, même quand il semble  fonctionner, peut produire que superficiellement « un bon comportement » qui est en réalité fondé sur la peur, et qui ne peut avoir lieu tant que l’enfant est assez âgé pour résister. En revanche, la coopération fondée sur le respect durera de façon permanente, et sera à l’origine de nombreuses années de bonheur mutuelles.

La cinquième → Beaucoup de parents n’ont jamais appris dans leur propre enfance qu’il existait des moyens positifs de créer une relation avec un enfant. Lorsque la punition ne permet pas d’atteindre les objectifs souhaités, et que le parent n’est pas au courant des méthodes alternatives, la punition peut dégénérer vers des châtiments de plus en plus fréquents et dangereux envers l’enfant.

La sixième → La colère qui a été accumulé pendant de nombreuses années chez l’enfant peut être un choc pour les parents dont l’enfant se sent maintenant assez fort pour exprimer cette rage. Le châtiment peut permettre d’obtenir un «bon comportement» dans les premières années, mais se sera toujours à un prix élevé que les parents et la société le payeront, quand l’enfant deviendra adolescent puis adulte.

La septième → Même une fessée relativement modérée peut être physiquement dangereuse. Les coups sur l’extrémité inférieure de la colonne vertébrale envoient des ondes de choc le long de la colonne vertébrale, et peuvent blesser l’enfant. La prépondérance de la douleur au bas du dos chez les adultes dans notre société pourrait bien avoir ses origines dans les châtiments reçues durant l’enfance. Certains enfants sont devenus paralysés par des lésions nerveuses causées par la fessée, certains sont même décédés après des châtiments modérés, en raison de complications médicales non diagnostiquées.

La huitième → La punition physique donne le message injuste et dangereux que «la force fait le droit », qu’il est permis de faire du mal à quelqu’un d’autre, à condition qu’il soit plus petit et moins puissant que vous. L’enfant conclut alors qu’il est permis de maltraiter les enfants plus jeunes ou plus petits. Quand il devient un adulte, il peut se sentir peu de compassion pour les moins fortunés que lui, et la crainte de ceux qui sont plus puissants. Cela gênera l’établissement  d’une relation significative essentiel à une vie émotionnellement enrichissante.

La neuvième → Parce que les enfants apprennent  en suivant le modèle parental, la punition physique donne le message que frapper est un moyen approprié pour exprimer des sentiments et permet de résoudre des problèmes. Si un enfant n’a jamais eu l’occasion d’observer ses parents résoudre des problèmes de façon créative et humaine, il peut être difficile pour lui d’apprendre à le faire lui-même. C’est pour cette raison, que le rôle parental non qualifié continuera souvent dans la prochaine génération.

La dixième → Une éducation douce, soutenue par une fondation solide d’amour et du respect, est le seul moyen vraiment efficace pour permettre d’obtenir un comportement louable basée sur de solides valeurs personnelles, au lieu d’un « bon comportement » superficiel, basée uniquement sur la peur.

Article traduit par l’équipe de oummi-materne.com
L’original « Ten Reasons Not to Hit Your Kids » du site naturalchild.org

36722522

LA WEB FORMATION MONTESSORI

La web formation Montessori sera bientôt de retour, aux alentours de la rentrée. Les deux premières sessions ont été d'un très GRAND succès ! La formation s'adresse aux parents et aux professionnels qui souhaitent mettre en place la pédagogie Montessori en crèche ou à la maison, de 0 à 3 ans. (celle concernant les 3 à 6 ans est en cours de préparation!). Sans oublier une nouveauté qui sera... une FORMATION à la parentalité POSITIVE et des outils pour les parents! Il y aura des facilités de paiements, jusqu'à 10 fois sans frais !

You have Successfully Subscribed!

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour » A.S.Neill
Previous Post Next Post
158 shares