TOP10 des articles en 2016 sur oummi-materne.com

TOP10 des articles en 2016 sur oummi-materne.com

Voici le top 10 des articles en 2016 sur oummi-materne.com > Nos articles les plus populaires! 

 

1 – Pourquoi les bébés africains ne pleurent pas – une perspective Africaine

Je suis née et j’ai grandi au Kenya et en Côte d’Ivoire. Ensuite, dès l’âge de quinze ans, je vivais au Royaume-Uni. Cependant, j’ai toujours su que je voulais élever mes enfants (lorsque j’en aurais) à les bébés ne pleurent pasla maison au Kenya. Et oui, je supposais que j’allais en avoir. Je suis une femme africaine moderne, avec 2 diplômes universitaires et la quatrième de ma génération qui travaille – mais lorsqu’on en vient aux enfants, je deviens une femme africaine typique. L’hypothèse reste que vous n’êtes pas entier sans eux ; les enfants sont une bénédiction et il serait fou de s’en passer. En fait la question ne se pose même pas.

Je suis tombée enceinte au Royaume Uni. Le besoin de mettre au monde mon enfant au pays était si fort que j’ai vendu mon cabinet, commencé un nouveau business et déménagé 5 mois après avoir découvert ma grossesse. J’ai fait ce que la plupart des femmes font au Royaume Uni, j’ai dévoré les livres : « our babies, ourselves » : « aimer nos enfants inconditionnellement », tout ce qui a été écrit par les Sears, etc… (Plus tard ma grand-mère m’a fait remarquer que les bébés ne lisent pas de livres – et que tout ce que je devais faire était de « lire » mon bébé). Tout ce que je lisais disait que les bébés Africains pleuraient moins que les bébés Européens. Ce qui a attisé ma curiosité… LIRE LA SUITE

2 – Burn-out maternel, avoir le mal de mère

« Je vois bien que c’est difficile et que vous ne me le dites pas… » 

« Je n’ai rien dit parce que si je commence à parler je ne vais pas m’arrêter…

La routine de maman, les tâches qui se répètent, les idées repas à trouver… Les crises de colère et de jalousie qu’il faut gérer, la remise en question que ça provoque et la culpabilité… Ce qui est Burn-out materneldifficile c’est de tenir le rythme des petites nuits et des journées qui semblent parfois si longues. Les micro-siestes et les zéro sieste souvent. Le manque de sommeil c’est le pire de tout.

Oui c’est difficile et je ne le dis pas, parce que ça servirait à quoi ? à me faire plaindre ? à vider mon sac ? Et puis après, les soucis sont toujours là, les contraintes et la fatigue aussi. En apnée… Je crois que le mot est juste, la sensation est la bonne… Je ne pourrais pas dire depuis combien de temps, 6 mois, ou plus ? j’ai arrêté de compter. J’ai cru que c’était passager, la faute à la fatigue, aux nuits pourries, aux crises multiples. Mais je crois que non, rien de tout ça ne justifie que j’étouffe autant. LIRE LA SUITE

 

3 – Le texte d’un bébé qu’on a laissé pleurer

Chère maman, Je suis perdu. J’ai l’habitude de m’endormir dans la chaleur et la douceur de tes bras. Chaque nuit je m’endors blotti contre toi; assez près pour entendre battre ton coeur et sentir ton odeur. Je te regarde et m’endors paisiblement et en sécurité dans ton étreinte. Lorsque je me réveille avec le ventre vide, avec les pieds froids ou tout simplement parce que j’ai besoin d’un Le texte d’un bébé qu’on a laissé pleurer ..câlin, tu t’occupes tout de suite de moi et avant que j’aie pu m’en rendre compte, je suis déjà reparti dans un sommeil profond. 

Mais cette semaine quelque chose a changé. Chaque nuit, il s’est passé la même chose. Tu m’a posé dans un lit avec de grands barreaux, m’a souhaité « bonne nuit » et est partie en éteignant les lumières. Au début, j’étais perdu et je me demandais où tu étais passée. Très vite, j’ai commencé à avoir peur et t’ai appelée.

Je t’ai appelée maman, mais tu n’es pas venue ! J’étais si triste maman, j’avais tellement besoin de toi. Je n’avais jamais ressenti de telles émotions avant. Où étais-tu ?

LIRE LA SUITE 

4 – Et si nous arrêtions de voir nos enfants comme des petits manipulateurs ?

On entend les adultes depuis notre plus jeune âge se dire entre eux combien il faut se méfier des enfants, ne surtout pas se laisser marcher sur les pieds, montrer qui commande, car sinon malheur à toi, il te manipulera et sera un véritable enfant-roi. Des recommandations à appliquer le plus tôt possible : dès l’âge des couches-culottes est idéal. Et une fois qu’on devient parent, on nous assomme avec les fameuses phrases : « ne le prends pas trop dans tes bras, tu vas en faire un capricieux », « Pourquoi tu ne le laisses pas pleurer ? Tu ne vois pas qu’il te manipule ? », « Arrête de céder, il te teste ! » LIRE LA SUITE 

5 – Les dommages causés par le dressage au sommeil sur les bébés.

Aujourd’hui, j’ai fait la découverte d’un article qui a, je dois l’avouer, su ensoleiller ma journée : « Proving the Harm in Early Sleep Training«  ou en français « Prouver les risques à dresser le bébé à dormir trop jeune » [1]. Un article qui a été très attendu puisqu’il regroupe plus de 20 ans d’études prouvant les dommages causés par l’entraînement au sommeil sur les bébés. Les recherches ne concernent que les enfants de la naissance aux 6 mois, mais je ne vais pas me plaindre, c’est déjà un travail extraordinaire, car jusqu’à présent, le peu ou pas d’études à ce sujet était un argument pour les personnes ayant recours à des méthodes comme celle du 5-10-15. L’étude a été documentée et rédigée par les docteurs Pamela Douglas et Peter Hill de l’université du Queensland en Australie ; ils ont compilés tous les articles allant de 1993 à 2013 et traitant de l’entrainement au sommeil des enfants de moins de 6 mois. Rappelons que de nos jours malheureusement, beaucoup de pédiatres et médecins, continuent d’inciter les jeunes parents à utiliser ces méthodes de dressage du sommeil alors qu’elles ne sont pas sans risques pour l’enfant. LIRE LA SUITE

6 – Etude : Les effets du peau à peau dix ans après…

Etude : Les effets du peau à peau

Le peau à peau réalisé dans les jours qui suivent la naissance a des effets remarquables et durables comme le montre Ruth Feldman, chercheuse reconnue mondialement pour ses travaux sur les relations parents-enfants et l’ocytocine. En 2014, elle publie une étude sur les effets à lon terme du peau à peau.

Elle rappelle que le peau à peau régule de nombreux systèmes physiologiques : le système végétatif, la réactivité au stress, le sommeil. Il participe aussi à la maturation du cortex préfrontal, agissant ainsi sur les fonctions intellectuelles (mémoire, apprentissage, langage, présence dans l’espace, etc.) et la régulation des comportements.

Elle a étudié 146 enfants nés prématurément, sans anomalie neurologique (ces enfants sont nés en moyenne aux alentours de trente semaines d’aménorrhée et ont un poids moyen de 1,2kg). La prématurité peut avoir de lourdes conséquences sur le développement global de l’enfant. LIRE LA SUITE 

 

7 – Un film magnifique sur l’accouchement à domicile (RainbowBaby)

Hier, je regardais cette magnifique vidéo sur l’accouchement à domicile. Une expérience de l’accouchement naturel tout bonnement sublime. Une naissance physiologique, respectée, tout en douceur, dans un cocon. Tellement douce, que le bébé dort. Après avoir vu ça, on ne rêve qu’une chose ; une nouvelle grossesse pour pouvoir vivre cette expérience extraordinaire.

Le film s’appelle « RainbowBaby ». Un bébé « arc-en-ciel » est un bébé qui naît après l’arrêt d’une première grossesse (fausse couche ou mort du bébé). L’arrêt de la grossesse est comparable à une tempête et ce bébé, d’une nouvelle grossesse, donne à nouveau de l’espoir, illumine le monde et le rend à nouveau beau. Un peu comme un arc-en-ciel après la pluie. La famille continue à faire face à la perte, mais quelque chose de coloré et lumineux a émergé de l’obscurité. Un bébé arc-en-ciel apporte de la joie, mais en aucun cas remplacera le bébé décédé. LIRE LA SUITE

8 – Les conséquences liées à l’absence de maternage

Le résultat de nos croyances est une culture qui ne sait plus s’occuper normalement de ses enfants, une culture caractérisée par la perte des relations interpersonnelles chaleureuses et riches en contacts physiques. Une culture qui considère les soins à donner aux enfants comme une corvée. LIRE LA SUITE

M Commons et P Miller. Professeurs de psychiatrie à l’Ecole de psychiatrie de Harvard. Hardward Gazette, Fév 99.

 

9 – Tu as 2 ans et tu ne fais pas mes nuits

À la fameuse question : « Il fait ses nuits? » j’avais l’habitude de sourire et de répondre : « Oui, il fait ses nuits, mais pas les miennes » – Petit sourire ironique car cette question on me l’a posée dès ses 3 mois, comme s’il fallait pour qu’il soit un bébé « normal » qu’il dorme 12h d’affilée à cet âge-là…

Je peux vous dire un secret? Mon fils à 2 ans et il ne fait toujours pas mes nuits, à mon grand désespoir certes, mais c’est ainsi. Il me réveille encore deux fois les meilleurs soirs et nous terminons en cododo toutes les nuits depuis 2 ans…

Est-ce que je l’ai trop habitué? Est-ce que je le couve trop? Je vous répondrais NON, je réponds juste à son besoin de moi, son besoin de présence. Moi-même qui suis adulte et responsable je n’aime pas être seule pour m’endormir. J’ai un grand doudou de 80kg qui me console en cas de cauchemars ou me recouvre si la couette tombe, et je devrais demander à mon fils de dormir tout seul et de me laisser tranquille de 20h à 7h? LIRE LA SUITE

10 – Et encore quelques articles d’oummi-materne

Mon bébé pleure avec moi et pas avec les autres, pourquoi ?

65 phrases positives à dire quotidiennement à vos enfants

Pourquoi l’enfant contrôle-t-il mal ses émotions ?

Le stress dans l’enfance est très nocif pour les chromosomes

 

 

Nicolas

Papa d’amour à 3 enfants ( 4a - 3a et 1a.) Je suis de Bretagne dans le Morbihan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.