Eduquer ou accompagner ?

Eduquer ou accompagner ?

 » Ton enfant fait des caprices »

« Ne le porte pas tout le temps, tu vas en faire un enfant pourri gâté »,

« Il faut le laisser faire ses poumons et pleurer, sinon il va prendre de mauvaises habitudes et vous allez le payer »

« Oh ça va, tu as eu des fessées et tu n’en es pas morte… »

Qu’est-ce que l’on peut entendre comme phrases depuis que l’entourage sait que mon ovule a été fécondé par son spermatozoïde…Et oui, à peine conçu, tout le monde a une quantité de conseils éducatifs à nous donner.

Je suis attentivement le blog et beaucoup de fois, je vois la question sur le choix éducatif revenir. J’avais déjà écrit à ce sujet, mais j’ai eu envie de peaufiner mon idée.

La parentalité bienveillante n’est pas un mode éducatif à mes yeux, mais une façon d’accompagner mon enfant du mieux possible afin qu’il s’épanouisse et devienne un adulte sûr de lui, autonome et indépendant, sachant s’assumer et assumer ses idées, actes et ayant une ligne de conduite claire. Oui je suis de celle qui attache beaucoup plus d’importance à ce qu’une personne pense plutôt qu’à la marque de sa voiture….

J’ai eu une enfance heureuse. Je n’ai jamais manqué matériellement parlant. J’ai été entourée d’amour. Et pourtant, je suis marquée par certains passages difficiles et douloureux. Mon conjoint a eu des moments très durs… Est-ce que c’est cela qui a fait les parents que nous apprenons à être?

Isabelle Filliozat le dit dans son ouvrage Au coeur des émotions de l’enfant :

« Le métier de parent est réellement difficile, impossible selon Freud, tant il nous confronte à nous-mêmes, à nos limites, à nos blessures non encore guéries, et tant les enfants nous reprocheront inévitablement un certain nombre de choses, puisqu’ils ont besoin de cela pour grandir, se sentir différents de nous et se séparer ».

Pour devenir parent, doit on à tout prix se détacher du modèle parental? Doit-on être en colère contre le système éducatif que nous avons reçu? Je ne pense pas. Nos parents ont fait comme ils ont pu, comme ils ont été conseillé, comme nous… Nous ne sommes pas opposés ou ennemis. Nous évoluons juste dans des sociétés identiques, mais à des moments différents, avec des avancées scientifiques qui ont mis la lumière sur de nombreuses zones d’ombre. Par exemple, quand on sait qu’il a fallu attendre 1987 pour se rendre compte que le bébé souffrait, et qu’il avait besoin, en cas de geste invasif, d’une anesthésie, qu’avant il n’en avait pas, car on pensait son cerveau trop immature pour ressentir quelconque douleur, cela semble juste inconcevable aujourd’hui. Pourtant c’était hier….

On devient le parent que l’on veut être. Ceci grâce à notre histoire, notre vécu, notre ressenti, nos rencontres, nos valeurs, nos expériences. Notre passé nous sert. Que ce soit en bien ou en mal, il nous sert. Serions-nous sensibles à la bienveillance sans notre vécu? Je ne pense pas. C’est lui qui fait ce que nous sommes, ou ce que nous combattons. C’est ce qui fait la richesse de cette bienveillance. Nous connaissons la genèse de notre réflexion, de notre cheminement. C’est cela qui nous fait avancer , reproduire ou pas les schémas parentaux du passé.

Grâce à cela, nous choisissons le mode éducatif que nous désirons. Et parfois, on se retrouve confronté à l’incompréhension de l’entourage, des amis… Ces choix peuvent rapprocher, diviser ou provoquer de l’indifférence…Le plus important dans tout cela n’est-il pas l’enfant? ce petit être qui grandit? qui essaie de se construire et qui nous reprochera surement ce que nous avons fait pour lui dans quelques années? Cet après-midi, on rentrait de chez belle-maman avec mon homme, la puce dans la voiture. Arrêtés à un feu, on a vu une bande d’ados à l’arrêt de bus, et on s’est mis à rire. Non pas que l’on se moquait d’eux, mais on s’est retourné et on a regardé notre fille. Elle va grandir. Et ce que l’on veut, c’est essayer de la guider le mieux possible pour qu’elle fasse les bons choix. Cette adolescence nous effraie déjà!! Alors essayons de développer son empathie, son intelligence, sa créativité, sa gentillesse, sa volonté…toutes les clés possibles pour qu’elle puisse s’épanouir de la meilleure des façons, la sienne.

Des angoisses, des questionnements, nous en auront toujours, nous sommes parents, nous sommes humains, des êtres de pensée, qui feront face à de nombreuses critiques encore par la suite, dans nos choix, nos décisions, notre bienveillance. Et alors? Nous faisons ce que nous pouvons, c’est déjà essentiel. Nos enfants nous construisent autant que nous les guidons. La parentalité bienveillante n’est pas un mode éducatif, c’est un apprentissage de la vie….

LA WEB FORMATION MONTESSORI

La web formation Montessori sera bientôt de retour, aux alentours de la rentrée. Les deux premières sessions ont été d'un très GRAND succès ! La formation s'adresse aux parents et aux professionnels qui souhaitent mettre en place la pédagogie Montessori en crèche ou à la maison, de 0 à 3 ans. (celle concernant les 3 à 6 ans est en cours de préparation!). Sans oublier une nouveauté qui sera... une FORMATION à la parentalité POSITIVE et des outils pour les parents! Il y aura des facilités de paiements, jusqu'à 10 fois sans frais !

You have Successfully Subscribed!

Étiquettes : , , ,

Related Posts

by
Previous Post Next Post
106 shares