Dans la douceur des mamans d’enfants rapprochés: témoignages et conseils

Dans la douceur des mamans d'#enfants rapproché: témoignages et conseils

Dans la douceur des mamans d’enfants rapprochés: témoignages et conseils

Etre maman est une grande étape dans une vie. Et l’être une deuxième fois alors que le premier est petit peut faire peur:

Comment vont se passer les nuits?
L’organisation des repas?
La réaction de notre premier né?
La gestion de la fatigue ?….

Tellement de questions et d’appréhensions que des mamans ont accepté de témoigner et de nous donner des conseils pour passer certains moments compliqués et se sentir moins seul.

Au moment où j’ai écrit cette article, j’étais moi même enceinte de mon deuxième enfant. Elle est née 16 mois après mon premier et je t’avoue que la grossesse m’a montré à quel point ma bienveillance n’était pas acquise…

Isabelle, maman de 2 enfants de 3 ans et 16 mois (20 mois d’écart)

Le plus difficile a été la grossesse. Ensuite avec le co-allaitement et le portage on a rapidement trouvé un équilibre.

Faut dire que bébé 2 est super zen. Période critique entre 3 et 6 mois quand il n’arrivait pas encore à se déplacer seul. Depuis c’est du bonheur. On a trouvé un réel équilibre. Ma première a intégré le fait de patienter si besoin et fait preuve d’énormément de bienveillance (elle a 3 ans et lui 16 mois). Bref c’est top !

Camille, maman de deux enfants de 21 et 8 mois (13 mois d’écart)

C’était une surprise et quelle surprise… nous sortons à peine d’un hiver difficile (hospitalisations répétées pour mon tout petit et sommeil entre guillemets pour les parents pendant 7 mois) mais comme toujours une fois qu’on a le plus dur derrière soi, on se dit que ça vaut tellement le coup ! La fatigue est là, c’est certain et c’est ce qui rend tout plus contraignant, mais je pense qu’il faut avant tout savoir se ménager, pour ne pas perdre cette bienveillance indispensable. Prendre du temps pour soi de temps en temps, déléguer des tâches, si vous le pouvez, faire les choses à tour de rôle (ici : mon mari se lève la nuit, moi le matin), etc.
Bon courage et beaucoup de bonheur !

Amandine, belle maman de deux enfants de 12 et 8 ans et maman de deux enfants de 2 et 11 mois

Mon mari part très souvent. Voici quelques conseils qui ont fonctionné pour moi et pour ma famille surtout. Je suis belle maman de 2 enfants de 12 et 8 ans, Lola et Nathan, je les aime plus que tout et je m’en occupe une semaine sur deux, avec ou sans leur papa c’est selon. Leur mère part aussi car elle est militaire et dans ce cas-là je gère à temps plein.

Je suis la mère d’Ezechiel , 2 ans, et de Mélusine, 11 mois. Je suis enseignante, boulot qui peut me « manger  » toute ma patience. Pas facile parfois en rentrant.

Pour la dernière grossesse tout s’est bien passé, un vrai bonus. J’ai choisi de partager au maximum le peu de temps qu’il me restait à 100% avec mon 7 mois à l’époque. Remplir nos réservoirs d’une confiance indéfectible, les plus grands étant scolarisés ça m’a facilité la vie quand même. Remplir ces réservoirs comme je te le disais, d’habitudes, de rituels, de bisous, de rires, de photos.
Et puis je l’ai préparé à l’arrivée de sa soeur. Avec des livres, des explications simples, la préparation de sa chambre. Il était là, c’était chouette.

A la maternité petit stress… complètement injustifié, il a été adorable immédiatement, plein de tendresse. Mon aînée qui n’avait que 11 ans était folle de sa petite soeur. Nous ne connaissions pas le sexe et elle espérait tellement une petite fille…. pour avoir une relation similaire à celle que ses frères entretiennent. Mon mari devait partir 15 jours après l’accouchement. Je lui ai demandé de faire un maximum de peau à peau avec sa fille. Il était veo avec ses enfants avant de me connaître, et je l’étais un peu aussi avant d’être enceinte. Mais il a été conquis par la bienveillance, cela a apporté une sérénité incroyable à notre foyer. Il s’y est prêté avec plaisir. Il a noué avec elle un attachement maternel. Tu peux garder des vêtements portés (enfermés dans un sac) les lui laisser contre elle/lui, enregistrer une berceuse qu’il chante et la lui passer un peu tous les jours. Ç’a vraiment été top pour notre fille, ils sont très proches.

J’ai beaucoup cododoté, jusqu’au jour où elle a mieux dormi dans sa chambre que dans la nôtre, vers 7 mois. Du jour au lendemain plus de nuits hachées ni de tétées. Elle était zen. Et nous avons retrouvé avec délectation notre intimité. Dès qu’il était présent et en dépit de l’allaitement il s’est investi à fond… il lui changeait la couche, lui chantait des chansons … et adorait dormir avec. Il a passé un temps fou en tête à tête avec elle pour rattraper le « temps perdu ». Mais il a toujours accordé du temps aux trois autres…. il a choisi d’avoir 4 enfants alors il ne se repose pas beaucoup.

Du temps avec chacun. Du temps avec moi (le soir quand tous dorment). C était primordial pour moi de l’avoir aussi comme mari quand il était présent. Il y a un élément indispensable pour éviter le burn out, c’est la personne de confiance. Quand on sent ses réservoirs se vider, quand on perd patience, qu’on pleure sous la douche parce que ça fait 10 fois que tu te lèves, que tu as tout donné au travail et que tu es seule pour affronter tout ça. Juste une heure ou deux, un moment pour se ressourcer. Je pense que c’est indispensable. Ça l’a été pour moi.

L’organisation est franchement bien huilée et je ne déroge pas. Organiseur familial consultable par tous. Quand j écris quelque chose je le fais. Ne jamais prendre de retard dans le linge. Préparer ses menus et faire ses courses en conséquence en sortant du boulot. Se caler une journée où je récupère les enfants un peu plus tard pour faire le ménage. Cette année je vais me garder un créneau sport. J’adore le sport et ça fait plusieurs années que j’ai mis cette passion entre parenthèses. J’en ai besoin. Je crois que pour pouvoir être au maximum avec sa famille il faut être « plein ». Et personnellement ça passe par un peu de sport, un tête à tête avec mon mari quand il est là. Ça me permet vraiment de gérer au top au quotidien, ça évite le côté cocotte minute. Et même si c’est moins de temps avec eux c’est du temps de meilleure qualité.

Par contre j’ai un mari très investi quand il est là (à peu près 10 jours dans le mois), et ce n’est pas négligeable. Il prend le relais pour les repas, le ménage, les levers des enfants, l’école…. Une famille ça se construit à plusieurs, et on leur propose de solides fondations à nos petits bâtisseurs. Le maître mot c’est « organisation », être à l’écoute de son corps et de son état d’esprit… Et quand nous sommes en vacances on lâche complètement prise. Ça fait du bien à toute la famille et on ne peut pas toujours être au top non plus. Alors le linge s’accumule, on lave moins mais on se fait un film tous ensemble, un jeu de société…. on optimise le bonheur. De temps en temps et quand je sens des tensions on propose un conseil de famille, où chacun se livre sans être jugé. C’est positif aussi

Je pourrais peut-être te dire aussi que si certains papas ne s’impliquent pas suffisamment certaines mamans peinent aussi à laisser leur place de mère. Hors franchement on ne craint rien…. et que c’est bon de les voir aussi proches. Pour l’instant et je croise les doigts, on s’en sort très bien . Et l’amour que les enfants donnent est un super carburant.

Laurie

J’ai appris ma grossesse en septembre 2015, ma première fille n’avait alors que 4 mois et je venais de commencer un nouveau boulot !! La nouvelle a été difficile à accepter, je me suis posé une multitude de questions.

Comment je vais gérer cette nouvelle grossesse avec ma fille déjà très jeune?
Comment je vais m’organiser à la maison?
Est ce que ma fille ne va pas se sentir « délaissée »?
Sur ma vie de couple avec des enfants en bas âge comment je vais annoncer à mon employeur que je suis enceinte alors que je vient d’être embauchée?…

j’ai dû aussi faire face à des petits commentaires du style « mais comment tu vas faire? elle était voulue? Ou oh je sais pas comment tu fais…(en fait j’ai pas trop le choix maintenant!)

Finalement ma grossesse se passe très bien, j’apprends que j’attends une autre petite fille, nous sommes très heureux ! Je me rends compte à 4 mois de grossesse que je n’ai toujours pas « investi » cette grossesse… Je décide alors d’essayer de profiter de cette grossesse qui se passe tout aussi bien que la première !!
Le 18 mai 2016, je mets au monde ma petite fille, ma grande n’a alors que 13 mois et 12 jours précisément … L’accouchement se passe très bien, et ma fille est en pleine santé … Arrive alors la rencontre entre mes deux bébés…comme je m’y attendais, ma grande ne prête pas une grande attention à sa petite sœur, mais bon à 13 mois, on ne peut pas lui en vouloir !! Ensuite le retour à la maison se passe très bien, malgré ces fichues hormones qui me jouent des tours !! Les premières nuits étaient comme pour beaucoup de jeune mamans… Mouvementées …

Au bout de quelques semaines, j’ai trouvé mon rythme de croisière, j’arrive à gérer la maison, la cuisine, le ménage, le linge…et j’arrive même à m’occuper de mon homme ! Ça n’empêche que parfois il y a des moments de speed, surtout le soir quand ma grande a faim et que la petite réclame les bras, parfois je n’ai pas d’autre choix que d’en laisser pleurer une …

Je suis toujours en congé mat donc c’est plus facile aussi …Ma petite a 3 mois, et ma grande 16, et elles sont déjà très complices ! Du bonheur ! Je reprends le travail dans quelques jours, c’est le moment que j’appréhende le plus, la séparation avec mon bébé…

Voilà ma petite histoire, la plus belle de ma vie.

Carole

Coucou, je suis Carole de chroniques d’une maman déjantée

Mon deuxième bébé est né à la maison du coup, ça a été plus facile niveau organisation.

J’ai allaité mon premier pendant 33 mois 1/2, ce qui a impliqué un allaitement enceinte et un co-allaitement. C’était bien pratique parce que numéro 1 tétait aussi du coup, je n’ai pas eu d’engorgement.

Pendant la grossesse, certains te diront que ça ne sert à rien d’en parler tôt à numéro 1, et pourtant… Même si ça peut leur paraître long, tout comme à nous, ça fait entrer dans la famille le bébé qu’on attend. Paul faisait des câlins au bidou, des bisous, il savait très bien où était le bébé malgré le fait qu’il était petit. Il a aidé à préparer, choisir les affaires pour le bébé, préparer la chambre en bricolant avec papa. C’était trop mignon.

Le jour J, accouchement à domicile de programmé. Donc le retour à la maison… Lol. C’était tellement naturel. Comme si Leonie avait toujours été parmi nous. J’ai pu me reposer, faire du peau á peau quasiment pendant 1 semaine. On a quand même fait une petite balade 3 jours après sa naissance.

Niveau organisation, faire des repas et les congeler pour l’après naissance.
Pendant que j’allaitais bébé, Paul était relativement calme. Je passais beaucoup de temps avec lui. Au tout début, c’est Zhom qui faisait surtout le linge pour que je puisse me reposer. Mais pourquoi ne pas demander de l’aide à la famille ou prendre un service qui viendrait t’aider. C’est secondaire tout ca, le principal est de s’occuper de ses enfants, de sa famille. Faut faire le principal en premier. Ce qui est le plus important. Quand les loulous dormaient, j’en profitais pour dormir ou lire un livre (tout comme avant la naissance de numéro 2. Quand numéro 1 dormait, je me reposais) Zhom a repris le travail 1 mois après environ. On avait calculé pour qu’il ait assez de congé. Donc ça a facilité les choses.

J’ai surtout envie de dire qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, à suggérer aux gens que plutôt que d’offrir des vêtements etc ils peuvent offrir des bons pour 2h de ménage, pour du repassage, pour prendre numéro 1 un après-midi. C’est quand on se sent épaulé que tout va bien. Pour numéro 3, j’aurais eu besoin d’aide niveau tâches ménagères, on n’a jamais demandé, au final, je me suis sentie esclave de ma maison. Si c’était à refaire, je ne culpabiliserais pas en demandant de l’aide ménagère. Ça m’aurait moins fatiguée autant physiquement que nerveusement. Voir la corbeille de linge grandir grandir grandir… C’est pas top.

À bientôt, vis l’instant présent. Profite de chaque seconde, de chaque moment avec ton premier enfant. Ils sont uniques.

Caro

Un grand merci à toutes ces mamans qui ont accepté de témoigner et de nous conseiller. J’aime ce partage et cela me ressource quand je sens mon réservoir se vider et j’espère qu’il vous fera autant de bien.

Lorsque nous pensons que cela est insurmontable, que nous n’y arriverons pas, que la bienveillance s’envole: prenons du temps, allons respirer un coup et n’oublions jamais que nous ne sommes pas seules.. le monde du maternage et de la parentalité est une immense famille et il y aura toujours une oreille pour écouter avec empathie ce qui peut te tracasser.

Prenez soin de vous.

Étiquettes :

Related Posts

by
Maman de deux enfants rapprochés, je suis créatrice de La Nido Box, box d'activités pour enfant de 1-3 ans et animatrice Faber et Mazlish sur la non violence éducative, Maman porteuse, allaitante, cultivatrice et maternante
Previous Post Next Post
0 shares
Inline
Inline