Les clés pour bien démarrer votre allaitement

Les clés pour bien démarrer votre allaitement

Allaiter est un geste naturel et qui devrait être facile, mais pour se faire vous pouvez suivre certains points pour que celui-ci démarre de la meilleure façon possible. La réussite de l’allaitement réside dans les premières semaines, il est donc d’une importance capitale que vous appréciez ces moments pour que celle-ci perdure.

1. Une bonne préparation prénatale

Une bonne préparation ne veut pas dire une préparation des mamelons, comme il était souvent entendu il y a quelques années. Nul besoin de se frotter une serviette sur les mamelons pour les désensibiliser (ouchhhh!) Au contraire, vous risquez de les blesser avant même de commencer à allaiter. Une bonne préparation veut dire une préparation psychologique et de s’informer sur l’allaitement à venir. Il est important de savoir que votre accouchement peut avoir un très gros impact sur votre allaitement et, malheureusement, ce n’est pas un sujet que les professionnels de la santé aborde assez souvent avec leurs patientes. En effet, la péridurale peut rendre votre bébé plus somnolent et ainsi limiter sa prise du sein. Les solutés installés pendant le travail envoie un surplus liquidien à la mère qui risque de rendre les aréoles œdémateux et encore une fois nuire à la prise du sein par le bébé. Lisez beaucoup sur le sujet de l’allaitement, renseignez-vous pour être prête, sachez que les débuts peuvent être ardus puisque c’est une adaptation à faire pour vous et bébé, mais que par la suite tout devient plus facile.

2. Faire du peau à peau immédiatement après la naissance

Tout de suite après la naissance, prenez votre bébé et collez-le en peau à peau pour le plus longtemps possible. Les bienfaits sont présents autant pour la mère que pour le bébé. Vos hormones réagiront très positivement à ces doux moments, votre bébé conservera une température idéale et vous pourrez enfin faire connaissance après une attente de 40 semaines. Toutes les interventions médicales non nécessaires peuvent attendre quelques temps. Le plus important est le contact peau à peau maman-bébé. Privilégiez la cohabitation très rapprochée pour de nombreuses heures et ceci augmentera considérablement vos chances d’un allaitement réussi. Si votre condition médicale le permet, sachez que vous pouvez faire du peau à peau même après une césarienne.

3. Première tétée dans la première heure de vie

Il est important de savoir que plus vite est la première tétée suivant l’accouchement mieux se portera l’allaitement. À la minute où le placenta est expulsé, un message est envoyé au cerveau pour que la prolactine (hormone servant à la fabrication du lait) soit libéré. Si la prolactine n’est pas sollicitée assez rapidement, elle s’en rappellera. On peut dire qu’elle est rancunière cette hormone. Elle se dit : « Vous n’avez pas besoin de moi et bien tant pis alors » et elle ira en diminuant. Plus on attend et plus ça diminue. Après 6 heures post-partum sans première tétée, l’allaitement PEUT être en péril (ce n’est pas automatique, mais le risque est présent). La meilleure prise au sein possible est nécessaire afin de partir sur des bonnes bases pour la production de lait et éviter les blessures aux mamelons. Plus un bébé ouvre grand la bouche

4. Évitez de complémenter votre bébé

Durant les premières semaines, si vous voulez que votre allaitement aille comme sur des roulettes, évitez le plus possible de donner autre chose que du lait maternel directement du sein à votre bébé. Les tétées fréquentes (à la demande!) existent pour établir la meilleure production de lait possible. En sautant un boire au sein, les hormones reçoivent la commande de produire moins de lait (on se souvient que la prolactine est une hormone rancunière). On entre alors dans un cercle vicieux où les parents complémentent l’alimentation parce que la production de lait a diminué et en complémentant la production chute de plus en plus. C’est souvent la nuit que c’est tentant de donner un complément au lait maternel pour permettre à la mère de dormir, mais malheureusement, c’est la nuit que le niveau de prolactine est le plus élevée chez la femme allaitante.

5. Évitez tous types de tétines

Les biberons et les suces peuvent facilement engendrer une confusion sein-tétine pendant au moins les 8 premières semaines de vie de bébé (elle peut arriver à tout moment, mais les premières semaines sont critiques).  Le mouvement de la langue lorsque les bébés boivent au sein est totalement différent de celui au biberon, c’est donc évident qu’une confusion peut survenir. Quant à elle, les suces remplacent le besoin de succion et peut nuire à la production de lait vu que le bébé tète moins au sein. Ce besoin de succion peut être comblé par la maman sans problème parce que bébé ne boira jamais trop de lait maternel comparé au lait artificiel.

6. Se faire confiance

Apprenez à vous faire confiance !! On entend souvent : « Je vais allaiter si je suis capable, sinon tant pis ». Ayez confiance en vos capacités et vous serez capable. Dans tout ce qui touche la maternité, les mères ont tendance à douter d’elles-mêmes. Il n’y a aucune raison pour laquelle votre allaitement ne fonctionnerait pas si ce que vous désirez c’est allaiter. Lors des premières tétées, détendez-vous et soyez le plus à l’aise possible. Les hormones qui sont responsables de la lactation sont repoussées par les hormones du stress, alors on reste zen zen zen !

7. S’entourer de personnes compétentes

Dès le départ, assurez-vous d’être entourer de personnes qui ont des compétences en allaitement. Ce ne sont pas tous les médecins et infirmières qui ont des connaissances poussées sur le sujet, il est donc important de se tourner vers des spécialistes en la matière. Les consultantes en lactation sont des spécialistes ultra qualifiées sur le sujet. N’hésitez pas à les rencontrer afin qu’elles puissent vous aider adéquatement. Évitez d’écouter les pseudos conseils d’une tante éloignée qui essaie de vous convaincre que votre lait n’est pas assez nourrissant ou que vous en avez pas assez. Votre lait est le plus nourrissant et le plus adapté à votre bébé, n’en doutez jamais.

En respectant les sept clés précédentes, vous serez sur la voie du succès. Si des difficultés surviennent, n’oubliez pas qu’il est possible de tout corriger pour que votre allaitement redevienne un moment agréable entre maman et bébé.

Étiquettes : , ,

Related Posts

by
Maman². Amoureuse. Doula
Previous Post Next Post
1 share