« Bienveillance bien ordonnée commence par soi-même » Savoir prendre soin de soi…

« Bienveillance bien ordonnée commence par soi-même » Savoir prendre soin de soi…
Le concept de bienveillance est un concept qui actuellement fait parler de lui. Et tout le monde a envie d’être bienveillant, cela fait chaud au cœur, cela redonne fois en humanité, et cela améliore nos relations humaines professionnelles et familiales.

Pour cela, on s’inscrit dans des formations de développement personnel, ont lit des livres, on se forme… Mais notre système biologique reptilien, c’est à dire la partie la plus ancienne de notre cerveau, se met en marche lorsque nous nous retrouvons face à une insécurité: la peur, la colère, la tristesse. La réaction émotionnelle se fait vite avant que notre cortex (la partie la plus récente de notre cerveau) mais le temps d’analyser la situation. Parfois, il nous arrive de nous mettre en colère, de crier et la situation nous échappe. Nous le regrettons amèrement et il nous faut apprendre de ces situations.

Par ailleurs, notre conditionnement éducatif, notre société, nous a amenés à juger les autres. L’utilisation du « tu » est ancré, et il nous faut faire un effort afin d’utiliser le « je » pour sortir du jugement. C’est un fonctionnement qui perdure chez les êtres humains. Parfois notre propre éducation ne nous a pas appris à être bienveillant avec nous-mêmes, il faut cacher ses émotions et de ne pas montrer notre vulnérabilité. Enfin, nous sommes dans une société ou tout est compétition, où la réussite individuelle est très importante, où nous subissons une pression car il faut toujours être le meilleur. De ce fait, il n’est pas facile d’être bienveillant avec nous-même.

Je vais donc essayer de vous donner quelques clés afin de vous aider:

Il s’agit de se déconditionner petit à petit et apprendre de nouveaux comportements, de savoir prendre soin de soi, et d’écouter ses besoins.

1. S’accepter tel que l’on est.

Ce qui est difficile, c’est d’être soi et non plus d’être comme les autres voudraient que l’on soit. Je vous propose de regarder derrière vous et de vous rendre compte que le chemin parcouru est important. Ce que vous avez fait est positif et vous êtes quelqu’un d’important. On nous apprend depuis de petits à être ultra performant, la société nous-mêmes énormément de pression. Par exemple, sur les réseaux sociaux nous avons énormément d’exemples de parents parfaits mais il faut savoir que l’on nous montre que ce que l’on a envie de nous montrer. Nous sommes des êtres humains et nous avons le droit à l’erreur, nous devons à tout prix stopper cette course effrénée et arrêter de vouloir améliorer à tout prix sa productivité.

2. Savoir prendre soin de soi

A vouloir tout mener de front, il y a un risque de burn-out évident. Il n’est pas possible de tout mener de front, travailler 10h00 par jour, gérer les enfants, les activités extra-scolaires, ses propres activités, la maison, et d’être disponibles pour tout le monde 24 heures sur 24. Il faut prendre conscience que nous avons besoin de temps pour soi, il faut savoir se ménager. L’idéal serait, je pense, de consacrer 1h00 par jour à faire une activité qui ne détend afin d’être disponible le reste de la journée. Il s’agit peut-être de se lever plus tôt que tout le monde pour consacrer 30 minutes à une activité que l’on aime comme faire du sport, lire, écrire, méditer, peu importe que cette activité nous apporte du bien-être.

Ensuite, je vous conseille de faire une activité par semaine rien que pour: vous inscrire dans un club de sport, prendre un cours de musique, prendre un cours de cuisine… Peu importe il s’agit de trouver quelque chose qui vous passionnent et qui vous apportera de la satisfaction et du plaisir.

Enfin, de il faut savoir être capables de définir ses propres limites et de veiller à ne pas les dépasser et surtout savoir dire non.

3. Savoir prendre le temps de ne rien faire

Oui oui, vous avez bien lu, je vous conseille de prendre le temps de vous poser, de réfléchir, et de laisser de côté le concept de productivité. Avoir un agenda de ministre ne signifie pas exister, et ne rien faire mais en aucun cas une perte de temps mais permet de gagner du temps par la suite. En effet, lorsque vous êtes détendu, vous êtes plus concentrée sur les tâches à effectuer il est donc plus efficace.

4. Acceptez de vous tromper

C’est effectivement grâce à l’erreur que l’on apprend, se tromper n’est pas forcément négatif bien au contraire. De ce point de vue la, nous avons beaucoup à apprendre des enfants. En effet, lorsque l’on observe un enfant jouer, ou acquérir une compétence telle que la marche; nous pouvons remarquer que l’enfant est obstiné, qu’il recommence jusqu’à ce qu’ils réussissent. En tant que adulte, et je pense qu’il est important de se laisser le temps d’apprendre à faire des choses et de ne pas se décourager au premier échec. En effet en restant bloqué sur ses erreurs il est difficile d’avancer, et c’est en stoppant ses actions que beaucoup de choses intéressantes risquent de passer à la trappe.

5. Dire STOP à la procrastination.

A quel enfant n’a-t-on jamais raconté la fable de La Fontaine le lièvre et la tortue, c’est un parallèle intéressant. Et en effet lorsque nous avons quelque chose à faire mieux vaut le fer de suite afin de ne pas être submergés et de ne pas s’épuiser inutilement. Pour ma part, je suis la règle du  « moins d’une minutes » si quelque chose me prends moins d’une minute à faire je le fais immédiatement.

En effet, procrastiner, c’est prendre le risque d’avoir une montagne de choix à faire, de vouloir les faire d’une seule traite et les d’être épuisé. Et l’épuisement et l’ennemi de la bienveillance…

Nicolas

Papa d’amour à 3 enfants ( 4a - 3a et 1a.) Je suis de Bretagne dans le Morbihan